Vers Dimanche

Vers Dimanche

Carême 2019 : Heureux...!

Mercredi 6 mars – dimanche 21 avril 2019

Cette année, nous vous proposons de vivre le temps du Carême au rythme des Béatitudes.
Le mot “heureux” résonne dans la Bible et il nous invite à nous convertir pour entrer dans un chemin de Pâques qui nous conduit vers nous-mêmes, vers les autres, vers Dieu.
Alors… prêts à entrer dans l’aventure ?

Diverses entrées vous seront proposées :

  1. Un topo, pour entrer dans le thème
  2. Des passages bibliques, à méditer avec les oreilles, les yeux et le cœur.
  3. Des exercices pratiques, à découvrir au long des semaines
  4. Des textes du Pape François extraits de l’exhortation apostolique sur la sainteté.
  5. Des oeuvres d’art à contempler.
  6. Un mur spirituel pour partager notre expérience sur ce chemin qui conduit à Pâques.
  7. Un fond d’écran pour habiller de lumière son ordinateur.

Comment s’inscrire à cette retraite de Carême ?

Vous êtes déjà inscrit-e à NDWeb?

(vous avez suivi une retraite sur le site ou êtes abonné-e à la newsletter)
Recherchez le dernier mail reçu de info@ndweb.org.

En bas de celui-ci, cliquez sur –Modifier votre abonnement 
Après avoir enregistré votre choix, vous recevrez un mail de confirmation.

Pas encore inscrit sur le site ? : Cliquez ici…

L'arbre de Jessé - Psautier Ingeburge (1210)

“Un rameau sortira de la souche de Jessé.” (Is 11,1)

Contemplons la représentation des ancêtres de Jésus dans cette enluminure du 13è siècle.

Cliquez ici pour voir la méditation en grand écran
ou bien cliquez sur les boutons en bas de l’image.

Cliquez ici pour télécharger le pdf

Kit Spirituel 14 : Prier avec le journal

Où ? Chez soi, pendant des voyages – Quand ? Quand on veut – Durée ? 15 minutes ou plus…

Autres kits spirituels

medias

On médite habituellement
avec des textes issus des livres de la Bible.

Il est moins courant de prier avec un journal…

Et pourtant cela peut être
le lieu d’une expérience spirituelle fructueuse.

Chercher et trouver Dieu dans son journal !

 

1- Une expérience spirituelle qui développe 4 attitudes

L’admiration et la compassion :

S’étonner devant ce monde, cette humanité traversée par tant de souffrance et de beauté. Admirer tout ce qu’il y a de beau et de bien. Compatir de la même compassion de Dieu devant ce qui déshumanise l’humain.

Un regard de foi

Voir ce monde dans les douleurs d’un enfantement : définitivement sauvé par le Christ mais un salut comme une semence jetée en terre, un levain caché dans la pâte.
Être veilleur d’espérance qui sait voir ce qui naît et ce qui va dans le sens du royaume.

Un regard christique :

Voir les mystères de la vie du Christ dans la vie même de ce monde : des annonciations, des naissances, des croissances, des noces de cana, des guérisons, des libérations, des procès injustes, des condamnations d’innocent, des résurrections…

Un désir d’engagement comme chrétien-ne :

Désir plus fort de faire connaître et aimer Jésus-Christ pour que son règne vienne en ce monde si bau et si blessé à la fois. Nous sommes aujourd’hui ses mains, son cœur, pour prendre soin de ce monde et le servir dans le sens de la vie.

 

2- Comment faire ?

Prendre un journal papier ou en ligne…

Regarder la couverture :

  • Quelle émotion, quelle couleur, quelles images, quels slogans ?
  • Qu’est ce qui m’attire, qu’est ce qui me repousse ?

Choisir un article qui me touche, provoque en moi de la compassion.

  • Le lire une fois, deux fois.
  • Pourquoi l’ai-je choisi ? Qu’ai-je appris ?
  • Entrer dans une prière de demande à Dieu qui veut notre bonheur :
    La prière d’intercession est combat contre le mal. Lutter sous la bannière du Christ, l’unique Intercesseur, participer à son combat et à sa victoire.

Choisir un article qui peut susciter en moi une prière de remerciement.

  • Le lire une fois, deux fois.
  • Pourquoi l’ai-je choisi ? Qu’ai-je appris ?
  • Entrer dans une prière pour dire merci :
    Je me réjouis de toutes celles et ceux qui agissent selon l’esprit du Christ qu’ils soient croyants ou non : Merci pour tout effort pour rendre compte du beau, du vrai, du juste.

Et si j’étais journaliste, quelle nouvelle aimerais-je donner ?

  • Je peux écrire un texte sur une expérience vécue, ou un événement dont j’ai été témoin.

 

3- Les fruits de cette prière

  1. Un décentrement : Elle nous fait sortir de nous-mêmes. Elle ouvre notre cœur au dimension du monde.
  2. Un regard contemplatif : Regarder ce monde, sa beauté, sa souffrance, ses joies et ses espoirs, c’est me rendre attentif à Dieu, créateur et sauveur, c’est s’intéresser à ce qui intéresse Dieu !

 

Pour imprimer le kit cliquez ici :

logo_pdf

Malt et Dorge - Clair-obscur

Dorge est accompagnée de Malt, un sage et paisible tigre bleu.
Ensemble ils observent le monde et s’interrogent sur l’homme, la société, la vie…

Ce mois-ci Malt et Dorge parlent de clair-obscur.

 

Cliquer sur l’illustration pour la voir en plein écran.

© Marguerite Le Bouteiller

1. Je regarde une première fois cette petite bande dessinée :

L’histoire, les couleurs choisies, je lis le texte…

2. Puis je reviens plus particulièrement sur les textes :

Qu’est ce qui me vient à l’esprit ? Un souvenir, un sentiment, une question… Je reste avec ces impressions.

3. Enfin je contemple chaque dessin :

Les détails, ou ce qui est suggéré ; les couleurs, les harmonies et ruptures ; les mouvements ou attitudes… Je me laisse nourrir de ce que je contemple.

Quelques pistes de méditation :

Ténèbres

« Le monde va si mal… » Comme Malt, ne sommes-nous pas nous aussi tentés d’observer le monde avec un sentiment de dépit ? Ce n’est pas comme cela que le monde devrait tourner. Où donc est le Royaume de Dieu promis et que nous attendons ?

Je m’arrête sur une réalité de ce monde qui me révolte particulièrement. Colère ? Tristesse ? Découragement ? J’accueille les sentiments qui montent en moi. Je les confie à Dieu comme je le ferais à un ami proche.

Lumière

Dorge, quant à elle, parvient à lire entre les lignes. Dans ce monde qui va mal, naissent, parfois de manière inattendue, des élans de générosité, d’inventivité, de solidarité…

Je cherche dans mon quartier, dans ma ville ou encore dans le journal des personnes qui essayent de réparer des injustices, de prendre soin de notre Terre ou d’œuvrer pour plus de paix… Je contemple l’Esprit de Dieu concrètement à l’œuvre dans notre monde, à travers ces humbles héros du quotidien. Je rends grâce à Dieu d’être à nos côtés !

Clair-obscur

« La lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée. » (Jn 1, 5)
C’est justement au cœur de nos obscurités que Dieu vient nous rejoindre et que naît l’espérance. À nous d’accueillir Dieu, à nous de faire grandir l’espérance !

Je ferme les yeux et contemple le Christ en croix. Quelle violence ! Quelle solitude ! Quelle misère ! Et pourtant… La croix se dresse, lumineuse, comme la flamme d’une bougie dans la nuit : elle nous rappelle que la mort n’aura jamais le dernier mot. Je me laisse réconforter par cette image comme un bébé se laisse bercer dans les bras de sa mère.

A la fin de ce temps de prière,
je note une ou deux choses qui me sont venues dans la prière.

Pour télécharger le texte de cette méditation en version PDF

 

 

 

Compte les étoiles si tu le peux (Gn 15, 1-6)

Dieu rejoint Abram au cœur d’une passe difficile pour l’inviter à poursuivre leur chemin d’alliance dans l’histoire.

Comment Dieu fait-il alliance avec moi, avec nous, aujourd’hui?

Après ces événements, la parole du Seigneur fut adressée à Abram dans une vision : « Ne crains pas, Abram ! Je suis un bouclier pour toi. Ta récompense sera très grande. »
Abram répondit : « Mon Seigneur Dieu, que pourrais-tu donc me donner ? Je m’en vais sans enfant, et l’héritier de ma maison, c’est Élièzer de Damas. »
Abram dit encore : « Tu ne m’as pas donné de descendance, et c’est un de mes serviteurs qui sera mon héritier. »
Alors cette parole du Seigneur fut adressée à Abram : « Ce n’est pas lui qui sera ton héritier, mais quelqu’un de ton sang. »
Puis il le fit sortir et lui dit : « Regarde le ciel, et compte les étoiles, si tu le peux… » Et il déclara : « Telle sera ta descendance ! »
Abram eut foi dans le Seigneur et le Seigneur estima qu’il était juste.

© AELF

  • Je lis cette histoire et je la savoure comme si c’était la première fois que je l’entendais. Qu’est ce qui retient mon attention dans cette première lecture ?

Télécharger cette méditation 

Topo#6 - Notre histoire de salut

Notre histoire de salut…ou le salut dans notre histoire.

Dans notre monde et notre actualité troublés, nous pouvons nous laisser enseigner et imprégner avec saint Ignace par la manière dont Dieu est avec nous dans notre histoire.

Profondément aimés, attendus, espérés par Dieu, nous découvrons sans cesse son vrai visage et son cœur : la toute-puissance d’Amour. Un amour créateur, un amour qui pardonne. Cet amour est aussi un amour qui pâtit avec chacun de nous : il compatit. Sa compassion l’amène à nous sauver, et à nous sauver parmi nous, avec nous.

Nous rêverions que notre salut passe par un claquement de doigt, n’est-ce-pas ? Ce serait tellement plus facile. Et pourtant … Dieu a fait le choix d’une histoire et du temps. Nous parlons de l’histoire de notre salut qui prend place dans la Grande Histoire du Salut.

Car je ne me sauve pas tout seul et je ne suis pas sauvé tout seul. Ce que je suis, je le suis par et avec les autres. Qui s’est donné la vie tout seul ? Qui peut vivre sans relation ?

Oui, Dieu m’aime personnellement et il aime toute l’humanité. C’est tous et chacun qu’il veut sauver. Pourquoi ? par Amour.

St Ignace propose, dans ses Exercices, de nous regarder et de regarder le monde, comme Dieu peut le voir. Je peux demander une connaissance intérieure de ce Dieu qui s’est fait Homme. Entrer dans le cœur de Dieu et me mettre à son école. Entrer dans le regard de Dieu, ce regard de Bonté sur notre monde, sur chacun de nous, sur moi et sur la création.

Je prends le temps de regarder notre monde. Qu’est-ce que je vois ? Qu’est-ce que j’entends ? Quel regard est-ce que je porte sur le monde, sur ce qui m’entoure ?

Comment Dieu voit-il ce monde ?

Et Dieu, que voit-il ? Un monde, avec ses contrastes. Contrastes des personnes : des jeunes, des vieux, des enfants, des hommes, des femmes. Mais aussi ceux qui sont très habillés et ceux qui sont presque dévêtus, à cause du climat. Il y a différentes couleurs de peau.

Contrastes des situations : avec ses joies et ses souffrances, l’amour et la haine, la paix et la guerre. Les uns sont en bonne santé, les autres malades, les uns riches, les autres pauvres, les uns riant, les autres pleurant, les uns ouverts à la vie, les autres enfermés sur eux-mêmes, les uns naissant, les autres mourant etc.

Il voit ce monde qui va à sa perte, qui souffre et qui est perdu.

Qu’est-ce que cela suscite ?

Dans sa méditation, st Ignace porte notre regard sur Dieu. Dieu Trinité, voyant cela, décide en son éternité que la deuxième personne se fera homme pour sauver le genre humain. Et quand la plénitude des temps arriva, Il envoya l’ange Gabriel à Notre Dame.

A travers l’Ancien Testament, nous savons que Dieu, depuis la création, s’est fait connaître, a accompagné son peuple, a fait alliance plusieurs fois avec Lui. Si Dieu était un homme, il y a bien longtemps qu’il aurait tout balayé ou qu’il aurait puni tous ceux qui font le mal. Or devant le mal, Dieu se rend plus proche encore de chacun de nous, au point de nous rejoindre, de se faire l’un de nous. Dieu a pitié, Dieu souffre avec nous.

Devant ce que je vois du monde, qu’est-ce que cela suscite en mon cœur ?

Le Salut, là et sous une forme que l’on n’attend pas

Alors que la promesse de Dieu semble réduite à néant… voilà que la Vie, le Salut, se manifeste. Et Dieu choisit de passer par des hommes et des femmes, souvent bien « pauvres ». En regardant la généalogie de Jésus, en partant d’Abraham, nous constatons que ces hommes et ces femmes n’étaient pas voués à une descendance sainte ni facile. En commençant par Abraham lui-même à qui la promesse de descendance très nombreuse avait été faite et qui n’arrivait pas à avoir d’enfant avec Sara. Les suivants n’étaient pas que des gens très fréquentables ou fidèles au Seigneur.

Et Jésus … comment Dieu s’y prend-il ? Il choisit une jeune femme, Marie. Toute jeune. Inconnue, dans une petite bourgade : Nazareth. On se demandera même : « de Nazareth, que peut-il sortir de bon ? » (cf. Jn 1,46)

Et Dieu, pour nous sauver, choisit de se faire homme. Il choisit de prendre le temps. Il choisit d’entrer dans l’histoire et dans l’Histoire. Il va naître, comme tous les enfants du monde. Bébé d’abord, comme tous les bébés du monde. Dans la pauvreté même de nos vies. Il entre là où il y a de la place. Et où y a-t-il de la place ? là où c’est pauvre, là où ce n’est pas encombré. Cela est vrai dans l’étable à Bethléem mais cela est vrai dans nos vies aussi. Bizarrement, c’est lorsqu’il y a un coup dur que les hommes et les femmes se parlent, se retrouvent, se réchauffent. Ce n’est pas forcément tout rose ou confortable, non. Mais c’est vivant.

Dieu prend place au cœur de cette pauvreté, là où il y a de la place.

Une vie ordinaire, dans une ville ordinaire, pendant près de 30 ans. Jésus, Dieu-sauve, participe à cette vie ordinaire, dans son histoire qui se lie à notre histoire et à l’Histoire de notre humanité toute entière.

Le Salut réalisé, à accueillir chaque jour, aujourd’hui

Cette contemplation nous appelle à l’espérance. Dieu nous rejoint là où nous ne l’attendons pas, là où tout semble perdu. Oh, il n’arrive pas avec fracas et éclat, il n’arrive pas en s’imposant. Non, il arrive là où il y a de la place, là où c’est ouvert, dans la brise légère, sans bruit. Et comme à Zachée il me redit : « aujourd’hui il me faut demeurer chez toi ».

Je peux regarder ce qui se passe autour de moi. Voir avec les yeux et le cœur de Dieu, ou au moins en demander la grâce. Voir les belles choses, Dieu qui est déjà là présent. Dans cet ordinaire de ma vie, il me faut peut-être être particulièrement attentif car cela ne fait pas de bruit. Et devant le mal qui s’exprime, avec Dieu, je peux compatir, espérer et voir ce que je peux vivre, au cœur de cet ordinaire de ma vie.