Malt et Dorge - Entreprise

Dorge est accompagnée de Malt, un sage et paisible tigre bleu.
Ensemble ils observent le monde et s’interrogent sur l’homme, la société, la vie…

Ce mois-ci Malt et Dorge parlent de la manière d’entreprendre.

 

Cliquer sur l’illustration pour la voir en plein écran.

 

© Marguerite Le Bouteiller

 

1. Je regarde une première fois cette petite bande dessinée :

L’histoire, les couleurs choisies, je lis le texte…

2. Puis je reviens plus particulièrement sur les textes :

Qu’est ce qui me vient à l’esprit ? Un souvenir, un sentiment, une question… Je reste avec ces impressions.

3. Enfin je contemple chaque dessin :

Les détails, ou ce qui est suggéré ; les couleurs, les harmonies et ruptures ; les mouvements ou attitudes… Je me laisse nourrir de ce que je contemple.

Quelques pistes de méditation :

Y arriver seul ?

Lorsqu’on se lance dans une entreprise, on a beau tout calculer, planifier, tester, réparer, vérifier…, on se rend vite compte que si l’Esprit Saint n’est pas avec nous, notre élan s’essouffle rapidement. Seul, on ne peut pas grand-chose !

Je repère un projet qui me tient à cœur aujourd’hui. Comment est-ce que je l’envisage ? Sur qui / sur quoi est-ce que je m’appuie ? Dieu a-t-il une place dans ce projet ou bien je le « laisse en dehors de ça » ?

 

Oser se lancer…

Il se peut que l’ampleur de la tâche à accomplir nous impressionne, ou que l’entreprise nous semble folle, déraisonnable… Et pourtant, c’est justement souvent dans ce brin de folie que l’Esprit Saint agit !

Concernant le projet qui me tient à cœur aujourd’hui, quelles sont mes réticences ? Mes appréhensions ? Mes peurs ? Mes doutes ? Je confie cela au Seigneur.

 

… Et se donner les moyens !

Certes, sans vent, le voilier aura du mal à avancer. Mais si le vent se lève et que le bateau a une voile trouée ou une coque lourde, ou qu’on l’oriente face au vent, il n’ira pas très loin non plus…

Je demande au Seigneur la grâce d’ouvrir mon cœur (pour écouter) et mes mains (pour agir) à son Esprit Saint.

Je me confie à Jésus comme on parle à un ami. Je lui laisse aussi dans mon cœur un espace de silence accueillant pour l’écouter.

A la fin de ce temps de prière,
je note une ou deux choses qui me sont venues dans la prière.

Pour télécharger le texte de cette méditation en version PDF

 

 

 

Un commentaire à

Répondre

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.