L'envoi en mission

     

Prier avec une oeuvre d’art

Je me dispose pour un temps de prière et je laisse la prière de l’artiste me parler à travers l’oeuvre qu’il a réalisé… 

Je regarde pour écouter la Parole que Dieu m’adresse, je me laisse toucher, rejoindre, habiter par les couleurs, les gestes, les dessins. 

 

Sacramentaire de Limoges, envoi des disciples, 1100, Bibliothèque Nationale

Un sacramentaire est l’ancêtre du missel pour le prêtre. Ce sacramentaire du 12e siècle est un joyau de notre art roman par son originalité, le talent impétueux du peintre. Il provient de la cathédrale de Limoges et comporte douze miniatures en pleine page. Nous admirons ici la partie supérieure de l’entrée du Christ à Jérusalem.

 

Il commença à les envoyer deux par deux

 Je regarde Jésus : il est de face comme s’il s’adressait à moi, il est enveloppé d’un beau manteau rouge recouvrant une tunique agrémenté d’élégants galons. Il tient un livre de la main droite et étend le bras gauche vers ses deux disciples, la main levée en signe d’envoi.

Quand me suis-je senti envoyé en mission par Jésus lui-même, avec son aide, le soutien de la Parole ?

Comment est-ce que j’accepte cet envoi en mission que le Seigneur m’envoie.

 

« la moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux » Mt 9,37.

La scène est disposée sur un fond bleu soutenu, agrémenté d’arbres stylisés à l’extrême : ainsi sont évoquées les campagnes des régions où le Seigneur envoie ses disciples en mission. Sécheresse des arbres, manque de foi des habitants dont Jésus s’étonne. La mission est rude, ce travail d’évangélisation auprès de mes proches peut me paraître parfois ingrat, mais je me remémore une belle surprise, une joie partagée. Le semeur ne s’est pas découragé, il continue à semer avec opiniâtreté, sans se soucier du résultat.

Je regarde le jeu des mains entre celle de Jésus et celle du disciple le plus proche de lui : c’est le Seigneur qui est à l’œuvre, je ne suis jamais seul. Comme le rappelle Paul dans la 2e lettre aux Corinthiens, oui je suis faible, petit, comment ai-je accepté cet envoi en mission ?  Ai-je eu confiance ?  Je relis comment j’ai laissé le Seigneur agir.

 

Et les disciples

 « partirent et proclamèrent qu’il fallait se convertir »

Le peintre montre les disciples en mouvement, certes ils regardent Jésus mais déjà leurs pieds sautent, ils s’éloignent pour la mission.

Leur équipement est sommaire, pas de bourse, pas de sandales, pas d’argent. Remarquons les « claves », petits rectangles dorés répandus sur leurs vêtements : ce sont des cadeaux que se faisaient les empereurs entre eux. Ainsi les disciples peuvent représenter plusieurs communautés, leur message est plus universel.

Comment est-ce que je me dépouille pour être disponible pour la mission que Dieu me confie ? Le Seigneur m’appelle-t-il à une plus grande simplicité de vie pour être davantage disponible pour servir l’Église et mon prochain ?

Jésus envoie les disciples deux par deux, deux, symbole de la communauté, le travail de mission se fait en équipe. Leur amour fraternel sera déjà un témoignage. Je me souviens d’un moment où j’ai partagé avec un ou deux proches mon engagement et du fruit porté entre nous et auprès de ceux que nous avons rencontrés.

 

Télécharger cette méditation 

7 commentaires

  • sergeyigorev

    Hello google

  • Colette

    merci pour cette belle méditation;je me suis arrêtée sur la main tendue du disciple qui reçoit la bénédiction de Jésus; Alors oui confiance pour aller en avant et porter le message de la bonne nouvelle.

  • Anny

    Merci pour cette scène si évocatrice de la mission. Moi aussi, je me sens envoyée vers ma communauté et vers mes proches. Partager sa propre foi, est primordial.
    Merci à chacun et chacune de vos partages.

  • jean

    Apprendre à aimer , apprendre à servir ,
    vivre en toi Seigneur .

  • dominique

    moi aussi j’ai une réunion mercredi pour redemarrer notre groupe Alpha+; elle s’annonce difficile, réorientation peut-etre? l’Esprit Saint doit nous inspirer une bonne orientation,je le lui ai demandé

  • monique perroux

    une méditation qui tombe à point pour la rencontre de cet après-midi avec notre équipe fraternelle ! merci

  • Monique Petit

    Fantastique! depuis le temps que je souhaitais me recueillir devant une oeuvre d’art! Souvent je pense que les magnifiques tableaux dans nos églises pourraient servir à une méditation, une prière, enfin de les mettre en valeur plutôt que de passer sans les voir et ne jamais entendre parler d’eux, c’est à dire de ceux aussi qui les ont faits,pour quelle raison ils ont été peints.

Répondre à monique perroux Annuler

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.