Vers Dimanche

Vers Dimanche

Topo#1 - Donner forme à sa vie

 St Ignace propose les Exercices Spirituels afin d’ordonner sa vie, c’est-à-dire lui donner forme sous le regard de Dieu. Un mois de septembre peut être l’occasion d’envisager l’année de manière nouvelle… Comment s’y prendre ?

 

Septembre… cela rime avec reprendre ou encore entreprendre, avec entendre et s’entendre.

Un début d’année nous appelle à reprendre des activités : nos études, notre travail, notre vie de famille, nos engagements.

Un début d’année peut être aussi l’occasion d’entreprendre et donc de choisir.

> Choisir une autre manière d’aborder notre vie quotidienne, entreprendre un engagement, choisir une attitude, entreprendre de tisser de nouvelle relations…

C’est peut-être là la chance des commencements. Si nous retrouvons un quotidien qui nous semble banal, il est toujours possible de l’accueillir comme « nouveau ».

St Ignace propose de vivre les Exercices Spirituels dans le but d’ordonner notre vie afin de lui donner forme : lui donner la forme que nous voulons et désirons.
Cela ne se fait pas seul dans notre coin, mais selon la manière de faire de Dieu qu’il nous est particulièrement donné de contempler dans les Evangiles.

En ce début d’année, demandons-nous donc ce que nous voulons et désirons vraiment.

> Quelle forme voulons-nous donner avec Dieu à notre vie ? Quelles formes désirons-nous pour nos activités quotidiennes ?

Pour cela il nous faut écouter et entendre. Entendre ce que Dieu murmure dans notre cœur, dans notre monde, dans notre quotidien… Ecouter ce murmure, cet appel, passe par la prière et par les appels humains qui nous sont faits et qui résonnent intérieurement.

Donner forme à notre vie supposera alors de choisir, de nous engager. Donner un contour, un style, ce n’est pas nécessairement en faire plus, mais c’est oser, risquer de choisir… et regarder ensuite pour ajuster si besoin.

 

> En ce début d’année, je peux regarder ce qui fait ma vie, mon temps, mes priorités. Puis, en prêtant l’oreille au murmure du Seigneur, je peux choisir ce que j’ai envie de vivre avec lui. Alors je pourrai m’engager pleinement dans ce choix qui deviendra ma réponse à l’appel du Seigneur qui veut pour moi la vie.

 

Concrètement, comment m’y prendre ?

  • Me poser, prendre un peu de temps avec cette question
  • Appeler l’Esprit Saint pour qu’il me donner sa lumière
  • Faire mémoire de ce qui est essentiel pour moi ou d’un appel que je reçois quand je présente ma vie au Seigneur, avec ma famille, mon travail, mes collègues, mes loisirs, mes amis, ma prière, …
  • Confronter avec ce que je connais de Dieu et ce à quoi il m’appelle pour que je sois plus vivant, plus unifié, en moi et avec ceux qui m’entourent
  • Choisir comment je veux donner chair concrètement à cet essentiel, à cet appel
  • Décider de la durée que je peux donner, que je souhaite donner, en étant réaliste : pour cela regarder mon agenda, les projets qui se dessinent déjà etc…  ou au contraire du temps encore ouvert.

> Choisir de poursuivre une activité, choisir d’en arrêter une, choisir de m’engager dans telle ou telle association, choisir de donner un peu plus de temps à telle relation, choisir de mettre davantage d’espace de gratuité ou au contraire d’action pour ma famille, l’Eglise, mon association sportive, caritative, mon quartier, ma ville, mon pays, le monde …

Je peux alors vérifier que j’ai d’abord mis les gros cailloux, ce qui est l’essentiel pour moi, ce que je veux vivre.

Pour télécharger ce topo en version pdf, cliquez ici

La vocation de Jérémie - Guiard des Moulins (13è S)

Jérémie se laisse appeler par le Seigneur…

Cliquez ici pour voir la méditation en grand écran
ou bien cliquez sur les boutons en bas de l’image.

 

L'appel de Samuel (1S3,3-10.19)

Un enfant qui ne connaît pas encore le Seigneur est appelé par Dieu lui-même…

Voici quelques pistes pour prier avec ce passage tiré du 1er livre de Samuel.

 

En ces jours-là, le jeune Samuel était couché dans le temple du SEIGNEUR à Silo, où se trouvait l’arche de Dieu. Le Seigneur appela Samuel, qui répondit : « Me voici ! ». Il courut vers le prêtre Éli, et il dit : « Tu m’as appelé, me voici. » Éli répondit : « Je n’ai pas appelé. Retourne te coucher. » L’enfant alla se coucher.

De nouveau, le Seigneur appela Samuel. Et Samuel se leva. Il alla auprès d’Éli, et il dit : « Tu m’as appelé, me voici. » Éli répondit : « Je n’ai pas appelé, mon fils. Retourne te coucher. »

Samuel ne connaissait pas encore le Seigneur, et la parole du Seigneur ne lui avait pas encore été révélée.

De nouveau, le Seigneur appela Samuel. Celui-ci se leva. Il alla auprès d’Éli, et il dit : « Tu m’as appelé, me voici. » Alors Éli comprit que c’était le Seigneur qui appelait l’enfant, et il lui dit : « Va te recoucher, et s’il t’appelle, tu diras : “Parle, Seigneur, ton serviteur écoute.” » Samuel alla se recoucher à sa place habituelle.

Le Seigneur vint, il se tenait là et il appela comme les autres fois : « Samuel ! Samuel ! » Et Samuel répondit : « Parle, ton serviteur écoute. »

(…) Samuel grandit. Le SEIGNEUR était avec lui, et il ne laissa aucune de ses paroles sans effet.

 

Je lis ce récit lentement, à haute voix si je peux.
Puis je ferme les yeux un instant : y a-t-il des mots, des images qui me reviennent, qui résonnent ?

  Télécharger cette méditation de 1S3,3-10.19

Malt et Dorge - Faire des choix

Dorge est accompagnée de Malt, un sage et paisible tigre bleu.

Ensemble ils observent le monde et s’interrogent sur l’homme, la société, la vie…

Ce mois-ci Malt et Dorge parlent de choix, d’engagement…

© Marguerite Le Bouteiller – www.margueritelebouteiller.com

Cliquer sur l’illustration pour la voir en plein écran.

1. Je regarde une première fois cette petite bande dessinée :

L’histoire, les couleurs choisies, je lis le texte…

2. Puis je reviens plus particulièrement sur les textes :

Qu’est ce qui me vient à l’esprit ? Un souvenir, un sentiment, une question… Je reste avec ces impressions.

2. Enfin je contemple chaque dessin :

Les détails, ou ce qui est suggéré ; les couleurs, les harmonies et ruptures ; les mouvements ou attitudes… Je me laisse nourrir de ce que je contemple.

Quelques pistes de méditation :

Tendre l’oreille

Dorge laisse résonner une parole qui soudain prend de l’importance pour elle : elle a compris qu’il faut « préparer le retour du Christ »… Comme elle, nous savons que le Christ reviendra et nous le redisons dans le Credo tous les dimanches.

Ai-je déjà prêté attention à cette annonce du retour du Christ ? Comment m’y préparer ?

Attention : urgence !

Il est facile de s’endormir dans la routine ou de se perdre dans les multiples tâches du quotidien… Et pourtant, c’est aujourd’hui et maintenant que Dieu m’appelle !
Je prends le temps de m’interroger : qu’est-ce qui doit être le cœur de ma vie ? À côté de quoi je ne veux surtout pas passer cette année ?

Prendre une résolution… et s’y tenir !

Pour Dorge, la première chose à faire est de faire de la place au Christ… au sens propre ! Elle prend la résolution, concrète, de désencombrer sa vie pour être plus disposée à accueillir ce qui vient de Dieu…
Et moi ? À quoi je me sens appelé concrètement ? Quel changement puis-je choisir d’opérer dans ma vie cette année pour me rapprocher de Dieu ? Je partage cela avec lui.

A la fin de ce temps de prière,
je note une ou deux choses qui me sont venues dans la prière.

Pour télécharger le texte de cette méditation en version PDF

 

 

 

Présence de Dieu au cœur de l'homme (Sr Emmanuelle)

Sœur Emmanuelle (1908-2008), surnommée la « petite sœur des chiffonniers » est connue pour ses œuvres caritatives en Egypte auprès des enfants les plus démunis vivant dans les bidonvilles dans la banlieue du Caire.
Dans son livre « Vivre, à quoi ça sert ? », elle veut proposer un chemin de sens, de paix et de joie à ses contemporains, voyant Dieu au cœur de chacun.

Dieu n’est pas le produit des fabrications humaines. Il ne se dévoile pas au terme des investigations de l’homme, comme un astre étincelant au bout d’un télescope ou une découverte scientifique au bout d’un processus expérimental.

Dieu est absent de ce monde qui tourne mal, de ce monde violent et injuste. Et pourtant, il y a bien une présence de Dieu dans le monde, mais ce n’est pas sous le mode de l’intervention.

Cette présence est au cœur de l’homme, de sa conscience et de sa volonté, de son inconscient et de son âme, pour le porter vers le bien, qu’il le sache ou non.

Dieu a confié le monde à la responsabilité de l’homme, créé à son image et à sa ressemblance. Aussi Dieu n’agit dans le monde que dans et par l’homme. Pour autant, nous ne sommes pas des robots. Nous sommes libres, ou plutôt nous possédons des germes de liberté. Que Dieu soit un Dieu caché est la condition même de notre liberté : si un Dieu s’imposait à nous, qu’en serait-il de notre libre arbitre ? Il n’y aurait même plus besoin de croire, puisque Dieu serait évident. La foi est un acte libre.

Sœur Emmanuelle, Vivre à quoi ça sert ? (éd. Flammarion 2004)

 

Quelques pistes pour intérioriser cet écrit spirituel :

D’abord…

  • Je commence par déterminer le moment, le lieu et la durée de ma prière.

  • Je me dispose sous le regard de Dieu, son regard qui m’aime et m’accueille tel que je suis.

  • Je lui demande la grâce de le découvrir présent et agissant dans le monde et dans les personnes humaines.

Puis… à un moment où je suis disponible intérieurement, où j’ai du temps, un moment de repos…

Je lis lentement ce texte écrit par Sœur Emmanuelle : quels mots résonnent, m’interrogent ?

→ “Dieu ne se dévoile pas au terme des investigations de l’homme.”
Comment est-ce que je cherche Dieu dans ma vie ? Recherche intellectuelle ? Scientifique ? Sentimentale ? Je le cherche dans les autres ? En moi-même ?

→ “La présence de Dieu est au cœur de l’homme, pour le porter vers le bien, qu’il le sache ou non”.
Cette affirmation concerne les autres mais aussi moi-même.
Est-il facile/difficile de reconnaître la présence de Dieu dans les autres ?
Comment est-ce que moi-même je laisse Dieu me porter au bien ? Et quels sont les domaines où je pense lui faire obstacle ?

→ “Dieu a confié le monde à la responsabilité de l’homme.”
Cela est-il pour moi une bonne / une mauvaise nouvelle ?… Quelles pensées, émotions montent en moi ?
Que veux-je faire aujourd’hui pour collaborer au projet d’amour de Dieu ?

Pour terminer
• Je parle à Dieu, comme un ami parle à un ami, dans la foi, dans la confiance. Je partage ce qui m’est venu dans la prière et je lui demande les conseils et la force pour mener à bien les engagements que je pourrais prendre.

• Je dis une prière d’Église en lien avec tous ceux avec qui et auprès de qui je vais cheminer.

Pour télécharger cet écrit en format pdf

Retraite en ligne Premiers Pas dans la prière - 7-28 octobre 2018

Thématique 

Ce parcours vise à une première initiation à la prière personnelle en s’inspirant de la manière de faire ignatienne. Il s’agit d’un premier parcours à travers des passages bibliques pour fonder une expérience de Dieu.

Pédagogie  

Deux fois par semaine, durant trois semaines, seront proposés :

  • un topo introductif,
  • des pistes pour prier personnellement à partir d’un texte de la Parole de Dieu,
  • des pistes pour prier à partir d’une vidéo ou d’une oeuvre d’art,
  • des exercices pratiques
  • une aide pour relire sa journée le soir
  • un Mur Spirituel réservé aux « retraitants » où vous pourrez partager vos impressions, questions, découvertes… avec celles et ceux qui vivent la même démarche.

Intéressé par cette retraite ?
Inscrivez-vous ici
.