Règles pour s'ordonner dans la vie numérique

Ignace de Loyola propose dans les Exercices Spirituels des règles pour s’ordonner dans la nourriture.

Mais le numérique ne devient-il pas aussi important qu’autrefois le pain, la boisson, les aliments variés ?

Venez picorer ces règles pour discerner…

Et vous quelle e-attitude allez-vous choisir ?

Cliquez ici pour télécharger le contenu avec les règles de St Ignace.

Un moyen d'information.

Internet possède un potentiel énorme comme outil facilitant la communication et l’accès à l’information. Savoir comment utiliser internet est aujourd'hui une compétence essentielle, et il n’y pas de raison freiner ou limiter son utilisation rationnelle, en particulier dans tout ce qui touche la recherche d’informations, la lecture des nouvelles, les courriels et l’aide pour son travail.

Être attentif à la médiation numérique des relations.

Il y a bien d’autres usages du numérique pour tisser des relations ou se divertir, notamment les réseaux sociaux et autres substituts à des relations directes dans le monde physique. Ces outils et lieux demandent une plus grande attention. La médiation numérique dans le monde des relations requiert un discernement spécial pour distinguer l’utile et les avantages de ceux-ci, d’autres aspects qui peuvent être nuisibles. Nous ne devons pas être naïfs en ce qui concerne les risques d’abus et de possible addictions.

Critère du besoin et de l’usage.

Il est important de comprendre ce dont chacun a besoin et où le superflu commence. A l’exception d’experts ou de certains champs professionnels particuliers, personne n’a besoin du dernier gadget et de la meilleure performance. Connaître ses besoins réels et le niveau d’utilisation permet de temporiser l’appel du marché qui entoure ces technologies.

Retrancher quand c’est possible.

Le monde numérique tend à occuper de plus en plus de temps dans nos vies. Comme outils, il peut être très profitable de les utiliser seulement quand c’est nécessaire. Il est bon de ne pas toujours laisser son ordinateur ou son téléphone ou sa tablette allumée, de ne pas les avoir à portée de main quand on se repose. Il n’est pas bon d’associer continuellement le temps libre avec l’usage du numérique, qui est chronophage et peut tendre à nous écarter d’autres occupations plus utiles comme le sport, la musique, la lecture ou passer du temps avec d’autres. Trop de temps en ligne peut empêcher la croissance de notre capacité à se concentrer et contempler, fragmentant notre personne et fragilisant ainsi notre mission.

Soyons authentique.

Il est important de ne pas réduire l’utilisation du numérique à une compartiment hermétique, totalement séparé du reste de nos vies. La tentation de l’anonymat s’oppose à la transparence. Cacher qui on est ou jouer avec de faux profils n’aide pas. Utiliser ces médias pour des raisons pastorales et pour des sujets spirituels aidera à intégrer la dimension religieuse dans le monde numérique. C’est en effet un lieu où nous sommes appelés à être pleinement nous-même, comme Jésus le fut sur les routes de Palestine en son temps.

Se créer son propre espace hors ligne.

Respectez votre temps et donnez-vous du temps d’intériorité, en dehors d’Internet, pour du silence spirituel et digital. Ayez des moments avec un rythme humain. Créez des lieux sans ordinateurs, ou autres équipements et bloquez les interruptions : configurez au mieux vos alarmes, coupez le son ou les messages. Soyez sûr d’avoir ces espaces où vous pouvez vous retrouver, où vous pouvez être l’acteur majeur de la relation avec Dieu, sans médiation ou interférence.

Être aux commandes.

Résistez au surf sans but sur le web, sans savoir clairement où vous allez et pourquoi. Faites en sorte qu’Internet ne deviennent pas le maître de votre temps et de votre journée. Sur le Web ou dans vos courriels, il est important d’avoir un objectif et de le suivre. Il est aidant de se lancer sur des projets ou nouvelles idées qu’on peut poursuivre plus tard. Choisissez vous-même d’accéder aux outils numériques (Mails, réseaux sociaux…) et ne les laissez pas vous interrompre à tous moments, ceci ayant pour effet de briser votre concentration et vous distraire. Utiliser des ‘marques pages’ ou ‘à lire plus tard’ est une aide réelle pour éviter les digressions sans fin et les ramifications infinies, typiques de l’information en réseau.

Planifiez.

Pour éviter la distraction, il est bon de planifier la manière dont on use des médias numériques. Par exemple, à la fin de la journée, on peut imaginer quelle utilisation j'en aurai pour la journée future, à un moment où il n’est pas si urgent de se connecter. Il est bon de se donner des buts, en fonction du temps et du type d’usage. Porter une attention particulière sur le temps de sommeil et la fin du jour, quand ces technologies tendent à prendre de l’espace et du temps qu’il serait important de garder pour le repos et la réflexion.

Quelques pistes de méditation :

Quelle règle m’a interpelé ? Positivement ou négativement ? Appel à devenir acteur ou culpabilité ? J’en parle à Dieu.

Quelle décision ai-je envie de prendre ? Une décision doit être quantifiable et je dois pouvoir la mesurer. Par exemple éteindre son portable la nuit ; choisir de lire uniquement des livres en papier ou pas sur une tablette ou un smartphone ; décider de marcher sans écouter de musique ; etc.

Est-ce que j’en parle autour de moi ? Souvent notre relation au numérique est vécu comme quelque chose de très personnel. Cependant il peut être bon de partager sur le sujet en famille, avec des amis, en groupe de partage. Non pas pour trouver une norme commune, mais s’interpeler et entendre que d’autres pratiques sont possibles.

 

10 commentaires

  • FMB

    C’est génial! J’ai appris à louer le Seigneur sur YouTube, Quand j’ai du m’arrêter de travailler pour des raisons de santé, j’ai eu des difficultés à me rendre en paroisse le dimanche, selon mon besoin de repos, je prenais RDV avec ma télévision à l’heure où la messe était diffusée (en matinée sur une chaine ou en soirée sur une autre).Parfois je ne pouvais pas rester concentrée sur l’image alors j’écoutais la messe à la radio et quand je n’avais pas de force je cherchais le repos et à mon chevet les lectures du jour.
    Une meilleure période côté santé m’a permis d’aller en paroisse chaque fois que c’était possible, sans oublier l’essentiel (le repos).
    Puis une autre période pénible… Mon arrêt s’est prolongé et se prolonge encore et je me connecte pour lire prier, écouter, regarder, témoigner.
    Merci encore pour ces règles.

  • Jacqueline, Japon

    Merci pour ces règles, j’aime beaucoup être ordonnée dans mes journée et de garder l’essentiel, je peux tant m’éparpiller autrement.

  • Carmella

    J’aime bien les règles que vous avez mis en avant.
    Ça me permet de me situer et de savoir ou je peux couper.
    Merci de ces réflexions.

  • Très intéressant et pertinent

  • Merci pour ces règles qui vont nous servir en communauté pour notre lecture commune.
    Nous unissons à vous dans la prière et nous vous remercions pour cette acculturation

  • Coirault

    J’ ai trouvé votre proposition très judicieuse !! Bel exemple d’ acculturation !!Merci! je compte bien la proposer à d’autres personnes car elle permet d’opérer un discernement pour garder “l’unité de la personne” …sur la machine qui emballe !merci encore §

  • ROBERT-PLANTESMonique

    OUI!C’est vrai!
    c’est l’actualité, ô OUI!!!
    DISCERNER l’essentiel qui construit et permet de COMMUNIQUER.
    BALANCER/JETER/SUPPRIMER/CLASSER en indésirable,et le faire savoir quand certains sites RISQUENT de NOUS polluer+++ou nous fait GASPILLER notre temps.
    En union avec vous + En communion pour VIVRE ce(S) discernement(S),chaque jour.

  • jeanne

    j’ai trouvé cette “formule” intéressante, en effet à un moment ou un autre tout utilisateur peut être tenté de s’évader, et naviguer parfois des heures sur des sujets inintéressants qui noient le voyageur dans le virtuel et. qui n’apportent rien de constructif ni d’utile ni à soi ni aux autres… merci !

  • Stéphanie Zichy

    Merci voilà qui complète bien une vidéo commentée par Terre de Compassion http://terredecompassion.com/2018/01/13/comment-internet-rend-il-addict/

    j’aime bien aussi d’avoir fait le parallèle avec la Nourriture. car mes 2 points d’attention ce Carême sont le Sucre et Facebook !

  • Nicole Mathy

    L’attrait essentiel d’internet consiste dans l’abondance de la documentation. Il faut savoir l’atteindre, la compulser et la dominer. Dans mon activité professionnelle, cet aspect est incontournable. Le numérique a modifié les techniques de recherche et ouvert de nouveaux horizons.
    Le courrier électronique a modifié les relations épistolaires qui sont devenues plus rapides et plus nombreuses, en dehors des réseaux sociaux qui restent interdits à mes petits-enfants jusqu’à leur majorité

Répondre

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.