Malt et Dorge - Salsifi riquiqui

Dorge est accompagnée de Malt, un sage et paisible tigre bleu.

Ensemble ils observent le monde et s’interrogent sur l’homme, la société, la vie…

Ce mois-ci Dorge doit s’affronter à plus gros que soi…

Salsifi riquiqui

Malt et Dorge

© http://margueritelebouteiller.com/ – 2017 – Visitez ici le site de Marguerite Le Bouteiller

Cliquer dessus pour la voir en plein écran.

1. Je regarde une première fois cette petite bande dessinée :

L’histoire, les couleurs choisies, je lis le texte…

2. Puis je reviens plus particulièrement sur les textes :

Qu’est ce qui me vient à l’esprit ? Un souvenir, un sentiment, une question… Je reste avec ces impressions.

2. Enfin je contemple chaque dessin :

Les détails, ou ce qui est suggéré ; les couleurs, les harmonies et ruptures ; les mouvements ou attitudes… Je me laisse nourrir de ce que je contemple.

Quelques pistes de méditation :

Une incompréhension…
A la base de cette histoire, il y a une incompréhension : Dorge, la petite fille, se désole de la tâche que Malt semble lui avoir demandée… C’est au-dessus de ses forces !

Je fais mémoire de moments similaires où je me suis trouvé-e devant une tâche qui me paraissait trop grosse pour moi, au delà des mes capacités…

Le temps de la déprime ou de la dévalorisation…
Après la première impression vient la dévalorisation : “Pourquoi moi ? J’ai les muscles d’un salsifif riquiqui…” Le propre du mauvais esprit est justement de masquer nos talents, de se concentrer uniquement sur nos faiblesses ou limites, ne pas essayer de s’ouvrir à l’autre, demander de l’aide.

Là encore, des souvenirs personnels récents ou plus anciens, peuvent venir à ma mémoire… C’est une invitation à se souvenir qu’il n’y a rien à gagner à rester dans de tels lieux de désolation !

Et pourtant, tout finit bien…
Comme avec Malt, notre relation à Dieu est toujours tournée vers la Vie. La Bible est tissée de ces situations où les hommes se désolent de se sentir abandonnés et Dieu se désole car les hommes ne pensent pas à lui demander son aide…

Qu’ai-je envie de demander au Seigneur en ce jour ? Il n’est pas un dieu pervers, mais le Dieu de la vie, du don, de la joie.

A la fin de ce temps de prière,
je note une ou deux choses qui me sont venues dans la prière.

Pour télécharger le texte de cette méditation en version PDF

 

 

 

5 commentaires

  • Julienne

    Cette réflexion m’a ramenée à la réalité que je vis en ce moment avec mon conjoint. Oui, j’avais oublié que dans le devoir de l’aider à vivre sa maladie, le Seigneur pouvait travailler avec moi. La tâche sera beaucoup moins lourde. Je le ressens déjà.

  • Jean Burton s.j.

    C’est très bien… ouvert à la réflexion et à la prière personnelle.

  • Laurence Portal

    Qu’elle fraîcheur et qu’elle profondeur . Dessins adorables .
    Merci

  • Madeleine

    oui, cette réflexion peut m’aider à positiver du vécu ou des paroles du quotidien et “convertir “ma pensée
    Merci à vous, Mad

  • Thérèse Charbonneau Lamothe

    J’aime bien cette façon simple de présenter la réflexion.

Répondre