Prière de Thérèse, la sœur de Jean Vanier

.

L’année de ses 80 ans, Thérèse, sœur de Jean Vanier, a écrit cette belle prière…

“Cette prière dit bien ce qu’est L’Arche… L’important est que nous soyons tous transformés et que nous ouvrions nos cœurs aux autres.”

 

 Pour télécharger une version texte de cette méditation (au format PDF), cliquez ici.

 

Que les opprimés et ceux qui les oppriment se libèrent réciproquement.

Que les personnes avec un handicap et celles qui pensent ne pas l’être, s’aident mutuellement.

Que ceux qui ont besoin d’être écoutés, touchent le cœur de ceux qui sont trop affairés.

Que les sans‐logis apportent la joie à ceux qui ouvrent leur porte avec réticence.

Que les personnes isolées guérissent le cœur de ceux qui pensent pouvoir se suffire à eux‐mêmes.

Que les pauvres attendrissent le cœur des riches.

Que ceux qui cherchent la vérité donnent vie à ceux qui sont satisfaits de l’avoir trouvée.

Que les mourants qui ne veulent pas mourir soient réconfortés par ceux qui trouvent qu’il est difficile de vivre.

Que les mal‐aimés puissent ouvrir les cœurs de ceux qui ne savent pas aimer.

Que les prisonniers trouvent la vraie liberté et libèrent les autres de la peur.

Que ceux qui dorment dans la rue partagent leur tendresse avec ceux qui n’arrivent pas à les comprendre.

Que ceux qui ont faim enlèvent le voile qui couvre les yeux de ceux qui n’ont pas faim de justice.

Que ceux qui vivent sans espoir, purifient le cœur de leurs frères et sœurs qui ont peur de vivre.

Que les faibles confondent les forts et les sauvent. Que la violence soit dépassée par la compassion.

Que la violence soit absorbée par des hommes et des femmes de paix.

Que la violence cède devant ceux qui sont totalement vulnérables.

Que tous, nous soyons transformés.

Amen

 

Pistes pour prier avec ce texte spirituel :

  • Lire et relire cet écrit spirituel proposé à notre prière et à notre réflexion. Le lire à haute voix pour l’entendre.
  • Choisir une phrase qui me touche davantage, soit personnellement, soit face à une situation mondiale.
    Laisser les paradoxes du binôme choisi (opprimés-oppresseurs, isolés-suffisants etc.) m’ouvrir au cœur de Dieu.
  • Contempler, voir les situations avec les yeux de l’imagination.
  • Retenir pour la journée une petite perle que le Seigneur m’a donnée.
  • Confier dans une prière simple la situation que j’ai pu contempler.

Répondre