On ne comprend le Christ que par son coeur (Pedro Arrupe sj)

 

 

Pedro Arrupe, supérieur général des jésuites entre 1965 et 1981, est un homme connu pour sa profondeur spirituelle et sa grande bonté. Dans ce texte, paru en 1980, il nous invite à rencontrer Jésus-Christ, cet homme au coeur de feu, qui est son compagnon de route depuis de longues années, de qui il apprend la manière de parler de Dieu au monde

 

Impossible de trouver dans les pages du Nouveau Testament un mot qui, d’emblée et avec plus d’exactitude, de profondeur, de chaleur humaine nous permette d’approcher le Christ que ce mot de “coeur”.

Presque à tous les tournants de l’Evangile, nous découvrons les traits révélateurs que nous résumons par son coeur. Bien plus, en Jésus les signes extérieurs de sa vie, ses paraboles, ses discours, toutes ses attitudes ne sont pleinement compréhensibles et saisissables dans leur sens profond que s’ils sont lus à partir de son coeur.

Tout ce qu’il dit, tout ce qu’il fait dans n’importe quelle scène de l’Evangile laisse entrevoir la perfection de sa vie profonde, l’harmonie exemplaire de sa divinité et de son humanité dans la mission reçue du Père. C’est le fil conducteur de toute la vie du Christ qu’il faut reconnaître à travers l’ensemble de ses paroles et de ses gestes.

Ce n’est donc point le signe d’une piété vieillotte que de nous référer au Coeur du Christ pour résumer en un seul mot toutes les valeurs que nous pouvons soupçonner dans sa personne. Aucune autre expression ne peut mieux suggérer “la largeur, la longueur, la hauteur, la profondeur de l’amour du Christ qui surpasse toute connaissance” (Ephésiens 3, 18). Et lorsque Jésus, abandonnant toute métaphore, veut nous révéler ses sentiments intimes, il a recours à ces mots tout simples: “Apprenez de moi que je suis doux et humble de coeur” (Matthieu 11, 29).

Pedro Arrupe sj, Comme je vous aimés, méditations sur le coeur de Jésus

Quelques pistes pour intérioriser cet écrit spirituel :

D’abord…

  • Je commence par déterminer le moment, le lieu et la durée de ma prière.
  • Je me dispose sous le regard de Dieu, un regard qui m’aime.
  • Je lui demande la grâce de me laisser toucher et enseigner par le coeur de Jésus.

Puis… à un moment où je suis disponible intérieurement, où j’ai du temps,

  • Le texte spirituel : Je lis ce texte une première fois, tranquillement, en laissant résonner en moi un mot, une expression. Je prête attention à ce qui me touche.
    Je le savoure intérieurement, en répétant comme en écho ces mots ou expressions qui m’arrêtent.
    .
  • Jésus dans l’Évangile : Je laisse revenir à ma mémoire des paroles, des gestes, des attitudes de Jésus dans l’Évangile, tous ces moments où son cœur a parlé le premier.
    Quels sont ces moments de la vie de Jésus qui me touchent particulièrement ? Pourquoi ?
    .
  • Ma vie comme Évangile : Peut-être que vont aussi me revenir ces moments où j’ai goûté l’amour du Seigneur au cœur de ma vie, me permettant de découvrir à quel point je compte pour lui, à travers des rencontres qui ont changé ma vie, des paroles qui m’ont permis de me relever, des regards qui m’ont encouragé, etc.
    J’accueille ces moments qui ont été évènements marquants de mon histoire avec le Seigneur.
    .

Pour terminer…

  • Je parle à Dieu comme un ami parle à un ami. Je peux le remercier pour ce qu’il est. Je peux aussi lui demander la grâce de m’enseigner une manière d’être dans le monde à son image.
  • Je redis le Notre Père, en communion avec toute l’Église.

 

Pour télécharger cet écrit et les pistes en version PDF

 

Vous pouvez envoyer votre prière et commentaires concernant ce texte sur la page de la prière continue.

Un commentaire à

Répondre