Madeleine Daniélou, l'élan créateur fait femme

“L’éducation est l’arme la plus puissante
qu’on puisse utiliser pour changer le monde”

Nelson Mandela (1918-2013 )

Un élan tout inspiré par l’Esprit Saint.

“Qu’est-ce qu’éduquer ? C’est discerner l’élan créateur dans un être et le suivre, discerner la conduite de Dieu sur lui et la seconder.”

Madeleine Daniélou

 

Madeleine à 23 ans, avec son frère plus jeune.

Elle fonde une famille avec Charles Daniélou (1904). Ils auront six enfants, dont Jean, jésuite, patrologue, artisan du Concile Vatican II.

En même temps, elle fonde (1907) une École Normale pour former des femmes professeurs vraiment diplômées, puis une école-collège lycée-prépa, « Sainte Marie de Neuilly », (1913), la première institution en France à offrir aux filles un cursus semblable à celui des garçons. Une révolution : les filles font du grec, des maths, de la philosophie !

Et elle fonde une Communauté Apostolique (1912) de femmes consacrées, la Communauté Saint-François-Xavier (SFX). Elles feront leur premier vœu perpétuel en 1915. L’élan de Madeleine entraîne le petit groupe. Plus tard, en 1931, elles construiront des écoles gratuites en milieu ouvrier, dans la périphérie de Paris (Bobigny par exemple).  Madeleine est très soutenue par son mari. Plus tard encore, la Communauté SFX partira en Afrique de l’Ouest et en Asie, en Corée du sud.

L’élan créateur de Madeleine s’exercera toute sa vie dans de magnifiques “Conférences Spirituelles” hebdomadaires faites à la Communauté SFX, et dans de nombreux articles et livres sur l’éducation et l’enseignement. Ceci a construit la Communauté et a donné son ampleur à la spiritualité xavérienne si moderne.

“A travers l’enfance, Jésus voit la gloire de son Père. L’âme des enfants est à l’image de Dieu.Il est essentiel de respecter en eux les desseins divins, les possibilités de sainteté, ce qu’il y a en eux de sacré.”

Madeleine Daniélou

Madeleine, jeune, vit dans une époque conflictuelle.

C’est en effet une époque d’incroyance et de laïcité agressive. La République en veut à l’enseignement catholique et proclame : « Il faut que la démocratie enlève la femme à l’Église ; il faut choisir : que la femme appartienne à la science ! » Jules Ferry. Tous les religieux et religieuses sont interdits, leurs maisons sont réquisitionnées par la Nation. (1902-1907…) 1905 : Séparation de l’Église et de l’État

Les jeunes filles ne font pas les mêmes études que les garçons, encore moins à l’université. Madeleine est reçue à l’agrégation de lettres en 1903 : elle sont cinq à la passer cette année-là !

Beaucoup de jeunes perdent la foi. Ils ne sont pas armés intellectuellement ni spirituellement pour résister à la vague positiviste et scientiste qui a envahi l’enseignement et l’opinion ambiante. Étant étudiante, Madeleine voit une de ses amies retirer la statue de la Vierge de sa chambre. « J’ai lu nos philosophes : je ne crois plus » dit la jeune fille. Madeleine a un choc ! Un choc spirituel. Il faut faire quelque chose : la raison, la culture et la foi ne s’opposent pas ! Ce jour-là, elle vit, comme en un éclair, toute l’œuvre que Dieu lui inspirera au long des jours et des années.

Madeleine Daniélou, c’est une vie unifiée dans l’Esprit -Saint.

Dès 1909, grâce à l’accompagnement spirituel d’un jésuite éminent, d’une grande sainteté, le P. Léonce de Grandmaison, Madeleine approfondit sa prière, se laisse conduire par l’Esprit-Saint, comprend sa vocation au service du Royaume, dans une œuvre apostolique d’éducation et d’enseignement, où elle est supérieure d’une Communauté fervente et active. Le mot “apôtre” signifie “envoyé”. Chaque SFX “part”, en donnant tout au Christ, pour évangéliser, construire ici-bas une parcelle du Royaume Tout chrétien est appelé à être “apôtre”.

Une action intériorisée.

Dans la prière, Madeleine reçoit de grandes grâces mystiques pour l’œuvre apostolique : elle accomplit en elle et transmet à ses “Filles” le lien profond entre la vie de l’esprit et la vie dans l’Esprit ; le lien entre la nécessité d’une culture sérieuse et ouverte et la solidité d’une foi où la raison tient sa place ; le lien entre vie intérieure et vie extérieure, même très occupée, dans une action intériorisée. C’est la grâce que reçoit l’apôtre, à la Communauté Saint-François-Xavier.

“Porter en soi une source spirituelle tout est là.”

Aux professeurs et éducateurs, Madeleine éclaire le sens le plus profond de leur travail :

“Ne laissez jamais dire que l’éducation est autre chose qu’une mission. Elle n’est pas un métier. Tout l’or du monde ne paierait pas le travail que vous faites. Elle n’est même pas un art, car la matière que vous maniez n’est ni de la pierre, ni du marbre. Elle est une mission, car vous touchez des âmes et, par vous, elles seront plus proches ou plus loin de la vérité, du bonheur, de Dieu !” (1908 )

Madeleine Daniélou

Madeleine Daniélou, c’est l’optimisme réaliste d’une foi forte et généreuse !

“Les optimistes ont toujours raison, ils créent l’atmosphère favorable, ils aident à vivre ce en quoi ils ont cru.”
“L’intelligence est la faculté de l’ “autre” et nous met en relation avec le monde entier”.

Madeleine Daniélou

Et pourtant, Madeleine a traversé deux guerres et mille combats dans sa vie ! Elle connaît les forces du mal.
“Parfois nous sommes effrayées de la puissance du mal en nous et dans le monde, attristées des résistances que rencontre notre apostolat, de la disproportion entre l’immense bien à faire et notre médiocrité,c’est alors qu’il faut prier l’Esprit Saint :’Viens Esprit Créateur…’ car Il travaille et construit vraiment le Royaume.
Nous sommes OUVRIERS AVEC LUI.”

Madeleine Daniélou

Madeleine Daniélou et ses sœurs sont formées par François-Xavier et Ignace de Loyola.

A Rome, elle écrivait : “Bienheureux Père saint Ignace, conduisez moi, obtenez moi la sagesse et un grand amour de l’Église.”

Madeleine Daniélou

Madeleine a inventé un mot :
l’apôtre, disait-elle, est inconfusible” :
Jamais découragé, jamais sans espérance !

“Les apparences si cruelles d’un monde imparfait et plein de souffrances
n’arrêtent pas l’apôtre qui sait que l’Amour aura le dernier mot.”

=> Pour mieux connaître l’œuvre de Madeleine Daniélou : communaute-sfx.com
=> Et un livre : Madeleine Danielou 1880-1956

Blandine-Dominique BERGER sfx

 

5 commentaires

  • Merci à Madeleine Daniélou de sa fidélité à l’Esprit, de son ouverture à la présence de Dieu en tout être humain, qu’il soit homme ou femme… Et d’avoir, in fine, répondu à sa vocation de “missionnaire de l’éducation”… Elle a su bien en avance sur son temps, ouvrir aux jeunes filles et aux femmes, les portes de l’éducation qui leur étaient encore fermées… Je loue enfin son attention à l’Esprit pour avoir placé l’éducation comme un champ de mission des plus nobles… Celle-ci doit se mettre au service de l’autre pour le susciter à se saisir de ce qu’il possède de plus précieux en lui pour le service de l’humanité…
    Et, pour ceux qui croient, ils reconnaîtront que le talent découvert est don du Créateur et qu’ils ont la responsabilité de se mettre au service à la suite du Christ… Madeleine Daniélou nous entraîne à demeurer à l’écoute de celui qui nous engendre… Merci à elle

  • marie caroline

    Très contente de découvrir cette femme, ça me donne envie de pousser ma curiosité sur ses conférences spirituelles.

  • isabelle

    Heureuse de découvrir cette grande dame ! Un témoignage fort qui me porte.

  • Véronique

    Merci de nous présenter Madeleine Daniélou, si contemporaine et inspiratrice pour aujourd’hui!Surtout pour les femmes!
    Je vais chercher de plus près pour prendre ses conseils, et m’en inspirer

  • Cette Dame comme Sainte Monique a été à la fois une grande chrétienne et la mère d’un
    grand religieux,pourrait elle intercéder pour que je comprenne mieux la Bible et la
    Théologie.

Répondre