A l'aube profonde (Francine CARRILLO)

A l’aube profonde
les femmes arrivent
pour l’embaumement,
comme on arrive
pour l’enterrement d’une espérance
Dans leur cœur,
les souvenirs ont déjà goût de cendres
On pense rarement au futur
dans les cimetières !

Mais voici
qu’au bord du tombeau
la pierre du passé
a roulé loin de la mort !

Dans le roc de leurs larmes,
une faille s’ouvre
dont elles ne savent d’abord que faire
Il faut du temps
pour apprivoiser la résurrection !
Et c’est alors
qu’au plus profond de leur nuit,
une parole neuve et claire les rejoint

La fin devient un commencement !
La vie leur ouvre un demain !

Seigneur,
toi qui te tiens
au seuil de nos tombeaux
où nous nous enfermons,
donne-nous de déposer à terre
les fioles de notre désespérance !

Que ta parole réveille en nous aujourd’hui
ce qui est retenu dans la mort !

Christ, Seigneur,
tu es le Vivant
et tu nous parles de vivre !

 

Francine Carrillo, in Traces Vives

 

Quelques pistes pour intérioriser cet écrit spirituel :

D’abord…

  • Je commence par déterminer le moment, le lieu et la durée de ma prière.
  • En entrant, je m’arrête un instant pour « considérer comment Dieu me regarde » d’un regard qui « m’espère » et je m’offre à lui tel que je suis.
  • Je lui demande la grâce que sa parole neuve réveille en moi ce qui est encore prisonnier des tombeaux.

Puis… à un moment où je suis disponible intérieurement, où j’ai du temps,

  • Je lis ce texte une première fois, lentement, en laissant à chaque mot la chance de me rejoindre. Peu à peu, j’essaie de sentir à travers les verbes le mouvement de la parole qui fait passer « d’hier » à « aujourd’hui » et qui ouvre la fin à un commencement. J’accueille les pensées et les sentiments qui se lèvent en moi et je les expose au Seigneur.
  • Faire mémoire des lieux, des moments et des visages de ma vie qui ont encore goût d’amertume ou de souffrance pour les laisser se dissiper dans la saveur et l’espérance du matin de Pâque.

Pour terminer…

  • Je parle à Dieu comme un ami parle à un ami.
  • Je relis alors le texte et garder en mon cœur un mot, une phrase, une strophe devenus miens.

Pour télécharger cet écrit et les pistes en version PDF

 

Vous pouvez envoyer votre prière et commentaires concernant ce texte sur la page de la prière continue.

Répondre