La danse de la vie (Madeleine Delbrêl)

Madeleine DelbrêlEn quête de vérité, Madeleine Delbrêl  s’est laissée saisir à vingt ans par ce Dieu dont la rencontre intime a été pour elle comme un “éblouissement”. Passionnée par l’évangile, c’est au coeur d’une ville marquée par le marxisme qu’elle décide de vivre pour Dieu dans une vie laïque en apparence tout ordinaire

 

(Vous pouvez en découvrir plus sur cette page).

 

S’il y a beaucoup de saintes gens qui n’aiment pas danser,
Il y a beaucoup de saints qui ont eu besoin de danser,
Tant ils étaient heureux de vivre :
Sainte Thérèse d’Avila avec ses castagnettes,
Saint Jean de la Croix avec un Enfant Jésus dans les bras,
Et Saint François, devant le pape.

Si nous étions contents de vous, Seigneur,
Nous ne pourrions pas résister
A ce besoin de danser qui déferle sur le monde,
Et nous arriverions à deviner
Quelle danse il vous plaît de nous faire danser
En épousant les pas de votre Providence.

Car je pense que vous en avez peut-être assez
Des gens qui, toujours, parlent de vous servir
Avec des airs de capitaines,
De vous connaître avec des airs de professeurs,
De vous atteindre avec des règles de sport,
De vous aimer comme on s’aime dans un vieux ménage.

Un jour où vous aviez un peu envie d’autre chose,
Vous avez inventé Saint François,
Et vous en avez fait votre jongleur.
A nous de nous laisser inventer
Pour être des gens joyeux qui dansent leur vie avec vous.

Faites-nous vivre notre vie,
Non comme un jeu d’échecs où tout est calculé,
Non comme un match où tout est difficile,
Non comme un théorème qui nous casse la tête,
Mais comme une fête sans fin où votre rencontre se renouvelle,
Comme un bal, comme une danse,
Entre les bras de votre grâce,
Dans la musique universelle de l’amour.
Seigneur, venez nous inviter.

Madeleine Delbrêl (1904-1964)

 

Quelques pistes pour intérioriser cet écrit spirituel :

D’abord…

  • Je commence par déterminer le moment, le lieu et la durée de ma prière.
  • Je me dispose sous le regard de Dieu, un regard qui m’aime.
  • Je lui demande la grâce de me d’entrer à mon tour dans la « danse de la Vie ».

Puis… à un moment où je suis disponible intérieurement, où j’ai du temps,

  • Je lis ce texte une première fois, lentement, en laissant à chaque mot sa chance pour me rejoindre. Si un mot ou une expression retient mon attention, j’y reste, je la savoure simplement en redisant lentement ces mots, comme on déguste un bon café ou un verre d’eau au milieu d’une journée chaude. Je suis attentif aux pensées qui viennent à moi, qui sont peut-être liées à mon histoire, ma danse avec la vie, avec Dieu ou mes résistances à y entrer…
  • Je peux y voir des rapprochements étonnants (« saintes gens » et « des saints »…) des mots qui reviennent (danse et danser…), des verbes de mouvements ou d’action (danser, ne pas résister, déferler, épouser, servir, inviter..) Quels sentiments m’habitent ?
  • Je fais mémoire de ces moments où j’ai peut-être moi-même résisté à cet appel de Dieu, à me laisser guider par son Esprit. Je peux regarder ces moments « calculés », « difficiles », « casse-tête » en m’offrant à l’Esprit de Dieu qui assouplit, réchauffe, apaise…

Pour terminer…

  • Je parle à Dieu comme un ami parle à un ami. Je lui demande de m’inviter à entrer à sa suite, à son rythme, avec son style dans la danse de la Vie.
  • Je redis le Notre Père, en communion avec toute l’Église.

 

Pour télécharger cet écrit et les pistes en version PDF

 

Vous pouvez envoyer votre prière et commentaires concernant ce texte sur la page de la prière continue.

3 commentaires

  • ANDRE

    Je viens de relire le résumé de la vie de Madeleine avec beaucoup d’émotion. Très petitement depuis l’adolescence j’ai essayé de vivre ma foi là où j’étais. Au travail dès l’âge de 16 ans, à la caserne pendant 2 années, un engagement syndical…Bénévolat caritatif à la retraite.. Toujours en parallèle, avec une participation active et constante à la vie de l’Eglise malgré une dizaine de déménagements…
    Marathonien vers la quarantaine et ensuite randonneur assidu avec Compostelle en 2000, je peux affirmer qu’il est bon à défaut de “danser”, de marcher même avec plein de faux pas, dans les traces du Seigneur.
    André

  • En effet la Vie est une danse céleste, un équilibre subtil et joyeux dans la Vue pure dans l’ouverture du coeur immaculé de Marie et de son Divin fils.
    Amen.

  • Aristide

    Vraiment merci pour ce guide. La grâce de Dieu vous accompagne dans toutes vos actions. Louez soit JÉSUS CHRIST

Répondre