Marche (Congrès européen des pèlerinages)

 shoe-684919_640

Voici un texte trouvé
au gré de nos pérégrinations numériques.

Pour vivre des passages, il faut avancer. Avancer avec son corps, son esprit, ses désirs, tout ce qu’on est.

Mais aussi avec l’Autre, notre compagnon de l’éternelle route qu’est… la vie.

 

Marche

Tu es né pour la route.
Marche.

Tu as rendez-vous.
Où ? Avec qui ? Tu ne le sais pas encore…
Avec toi, peut-être ?
Marche.

Tes pas seront tes mots.
Le chemin, ta chanson.
La fatigue, ta prière.
Et ton silence, enfin, te parlera.

Marche seul, avec d’autres, mais sors de chez toi.
Tu te fabriquais des rivaux : tu trouveras des compagnons.
Tu te voyais des ennemis : tu te feras des frères.
Marche.

Ta tête ne sait pas où tes pieds conduisent ton cœur.
Marche.

Tu es né pour la route,
celle du pèlerinage.

Un Autre marche avec toi et te cherche pour que tu puisses le trouver.
Il est ta Paix
Il est ta Joie
Va
Déjà, ton Dieu marche avec toi.

Congrès européen des pèlerinages

 

 

 

Quelques pistes pour intérioriser cet écrit spirituel :

D’abord…
  • Je commence par déterminer le moment, le lieu et la durée de ma prière.
  • Je m’ouvre au Seigneur, je me mets en sa présence en lui demandant d’être tout entier(e) disponible pour Lui pendant ce temps.
  • Je demande la grâce de découvrir ce pour quoi (ou pour qui) je marche…

 

Puis… à un moment où je suis disponible intérieurement, où j’ai du temps,
  • Je lis ce texte une ou deux fois. Je m’arrête sur une expression ou un mot qui me parle particulièrement, je peux le répéter à plusieurs reprises.
  • Je suis attentif-ve aux temps utilisés : présent, futur, passé… Qu’est ce que cela me dit de ma présence à moi, aux autres et à Dieu ?
  • J’image ce chemin décrit, si je suis déjà parti-e sur les routes d’un pèlerinage je peux en faire mémoire. Je confie ces personnes qui marchent, vivent ces passages d’un lieu connu à un lieu à connaître.
  • On y parle de conversion de regard sur moi, sur les autres et sur Dieu : une sortie de chez soi. Je demande au Seigneur cette confiance du lâcher prise, de la simplicité pour mieux le rencontrer.
Pour terminer…
  • Je parle à Dieu comme un ami parle à un ami. Je peux lui demander sa grâce pour vivre ce qu’il m’appelle à vivre avec Lui aujourd’hui.
  • Je redis le Notre Père, en communion avec toute l’Église.

 

logo_pdf

Pour télécharger cet écrit et les pistes en version PDF

Vous pouvez envoyer votre prière et commentaires concernant ce texte sur la page de la prière continue.

Un commentaire à

  • Page

    Grand Merci! j’apprécie les pistes que vous proposez pour intérioriser le texte. Aussi je souhaite recevoir les textes et pistes à venir.
    Jacqueline

Répondre à Page Annuler