(Ex 14,15-31) Le passage de la Mer

water-473714_640

Ce récit de l’Exode nous invite à la confiance, à nous arracher de nos entraves pour suivre le Dieu de vie.
Même si cela ne se fait pas sans peurs, sans cris, Dieu choisit de nous faire participants de cette libération

Alors prêt-e à vivre en fils et filles de Dieu ?

 

Je me présente au Seigneur en me disposant à sa rencontre.

Je lis ce passage lentement.

Je nomme les sentiments qui viennent à moi au Seigneur et lui demande de me laisser conduire par Lui au long de ce temps de prière.

Les fils d’Israël, voyant les Égyptiens lancés à leur poursuite, étaient effrayés. Le Seigneur dit à Moïse : « Pourquoi crier vers moi ? Ordonne aux fils d’Israël de se mettre en route ! Toi, lève ton bâton, étends le bras contre la mer, fends-la en deux, et que les fils d’Israël pénètrent dans la mer à pied sec. Et moi, je vais endurcir le cœur des Égyptiens : ils pénétreront derrière eux dans la mer ; je triompherai, pour ma gloire, de Pharaon et de toute son armée, de ses chars et de ses guerriers. Les Égyptiens sauront que je suis le Seigneur, quand j’aurai triomphé, pour ma gloire, de Pharaon, de ses chars et de ses guerriers. »

L’ange de Dieu, qui marchait en avant d’Israël, changea de place et se porta à l’arrière. La colonne de nuée quitta l’avant-garde et vint se placer à l’arrière, entre le camp des Égyptiens et le camp d’Israël. Cette nuée était à la fois ténèbres et lumière dans la nuit, si bien que, de toute la nuit, ils ne purent se rencontrer. Moïse étendit le bras contre la mer. Le Seigneur chassa la mer toute la nuit par un fort vent d’est, et il mit la mer à sec. Les eaux se fendirent, et les fils d’Israël pénétrèrent dans la mer à pied sec, les eaux formant une muraille à leur droite et à leur gauche. Les Égyptiens les poursuivirent et pénétrèrent derrière eux – avec tous les chevaux de Pharaon, ses chars et ses guerriers – jusqu’au milieu de la mer.
Aux dernières heures de la nuit, le Seigneur observa, depuis la colonne de feu et de nuée, l’armée des Égyptiens, et il la mit en déroute. Il faussa les roues de leurs chars, et ils eurent beaucoup de peine à les conduire.

Les Égyptiens s’écrièrent : « Fuyons devant Israël, car c’est le Seigneur qui combat pour eux contre nous !» Le Seigneur dit à Moïse : « Étends le bras contre la mer : que les eaux reviennent sur les Égyptiens, leurs chars et leurs guerriers !» Moïse étendit le bras contre la mer. Au point du jour, la mer reprit sa place ; dans leur fuite, les Égyptiens s’y heurtèrent, et le Seigneur les précipita au milieu de la mer. Les eaux refluèrent et recouvrirent toute l’armée de Pharaon, ses chars et ses guerriers, qui avaient pénétré dans la mer à la poursuite d’Israël. Il n’en resta pas un seul. Mais les fils d’Israël avaient marché à pied sec au milieu de la mer, les eaux formant une muraille à leur droite et à leur gauche. Ce jour-là, le Seigneur sauva Israël de la main de l’Égypte, et Israël vit sur le bord de la mer les cadavres des Égyptiens. Israël vit avec quelle main puissante le Seigneur avait agi contre l’Égypte. Le peuple craignit le Seigneur, il mit sa foi dans le Seigneur et dans son serviteur Moïse.

Copyright aelf

 Télécharger cette méditation biblique

6 commentaires

  • Hélène . C

    Le Seigneur se manifeste : son désir est de sauver Son peuple et de l’accompagner dans son Exode afin qu’il sache et que les égyptiens sachent également qu’IL EST LE SEIGNEUR . ” JE SUIS ”
    Accompagne-nous SEIGNEUR sur nos chemins d’Exode .

  • Laurence B.

    Cela évoque aussi le nom de Marie selon une étymologie “Maryam”, maîtresse de la Mer, (domina maris en syriaque, rapporte st Jean Eudes) comme un chemin à travers les eaux maîtrisées par Moïse, chemin dans la mer, conduisant à Dieu et les doux à la terre promise. Au milieu de la mer, tous ses enfants hébreu opprimés en Egypte traversent à pied sec, et les égyptiens violents et esclavagistes ( quelle plaie que l’esclavage à travers tous les siècles ! ) sont noyés…Aussi dans l’Apocalypse, la figure de la femme poursuivie par le serpent, un fleuve d’eau vient, mais la terre l’engloutit et la Femme s’enfuit sauvée au désert.

  • Laurence B.

    C’est un texte magnifique et cela fut un prodige grandiose sans doute…. cela me rappelle le combat des fils de la lumière contre ceux des ténèbres évoqué dans les rouleaux de Qumran “le Dieu d’Israël lève Sa main dans Sa force merveilleuse contre tous les esprits du Mal, tous les puissants qui s’amassent comme dans une outre [ce qui rappelle l’outre d’Eole des vents] pour la bataille”, et ici “‘Cette nuée était à la fois ténèbres et lumière dans la nuit, si bien que, de toute la nuit, ils ne purent se rencontrer. ” Il n’y a pas de rencontre possible entre eux. Seigneur faites que tous nous soyons tous du bon côté, du côté du Père céleste et de son Fils unique engendré de Jésus-Christ, de la Vie, de la Lumière et de l’Amour.

  • Jean

    Bonjour
    je reste toujours gêné par ce texte de la bible qui est lu notamment durant la veillée pascale. Pourquoi sauver le peuple d’Israël en noyant les égyptiens? Même si ce n’est probablement qu’une image, reconnaissons que nous sommes loin de la miséricorde de Dieu telle que nous sommes appelés à la vivre

    • Notre Dame du Web

      Bonjour. C’est une très bonne réflexion que vous ouvrez ici. La question de la violence dans la Bible, surtout quand elle semble provenir de l’agir de Dieu pose un réel problème à nous qui connaissons le réel visage de Dieu, révélé en Jésus Christ. Dès les premiers temps de l’Église, les Pères ont donc proposé plusieurs sens de lecture de la Bible. Le sens littéral, le sens allégorique (une chose en dit une autre), le sens moral (enseignement des vices et vertus) et le sens anagogique (sens des réalités dernières).

      Avec le passage de la mer, l’aspect historique n’est sans doute pas premier. Il nous semble plus nourrissant d’en voir le sens allégorique, comment Dieu nous fait traverser la mort, combat pour nous nos ennemis, comme il nous invite à la vie. La mer sera ainsi vue dans le Nouveau Testament comme le symbole des forces de mort et quand Jésus marchera sur les eaux, c’est une symbolique très forte qu’il use pour dire qui il est.

  • Marie-Madeleine Melkebeke

    1000x merci pour le commentaire sur le ps. 22 Cela m’aide beaucoup à vivre avec Jésus tout au lang de ma journée. Je note chaque jour une petite phrase ou un mot qui m’a touchée. Je suis vraiment heureuse et quand je fais mon oraison (1 h) je ne sais parfois que dire MERCI.

    C’est la première fois que j’envoi un petit mot.

Répondre à Jean Annuler