Vertus de l'homme d'action (st Alberto Hurtado sj)

 padre-hurtado

Saint Alberto  HURTADO (22 janv. 1901-18 août 1952), prêtre jésuite chilien, est l’apôtre de l’engagement social au service de ses frères et sœurs les plus pauvres, un engagement social jaillissant comme un feu de sa relation à Dieu. En novembre 1947, il écrit une réflexion personnelle sur les vertus de l’homme d’action. Laissons-nous toucher et entraîner par ce cœur de feu, pour qui amour rime avec action

> Cliquez ici pour mieux connaître saint Alberto Hurtado <

 

Vertus de l’homme d’action

Je dois toujours me considérer au service d’une grande œuvre. Et comme mon rôle est de servir, ne pas rejeter les humbles tâches, les modestes rôles d’administration, même ceux de propreté… Beaucoup désirent disposer de calme pour penser, pour lire, pour préparer de grandes choses, mais il y a des tâches que tout le monde rejette, que celles-là soient mes préférées. Tout doit se faire, si on veut que l’œuvre se réalise. L’important est de le faire avec un grand amour. Nos actions valent suivant le poids d’amour que nous y mettons.

L’humilité consiste à nous mettre à notre place. Devant les hommes : pas en pensant que je suis le dernier de tous parce que je ne le crois pas ; devant Dieu : reconnaître constamment ma dépendance absolue par rapport à Lui, et que toutes mes supériorités par rapport aux autres proviennent de Lui.

Se rendre pleinement disponible devant son plan, devant l’œuvre à réaliser. Mon attitude devant Dieu n’est pas de disparaître, mais de m’offrir pleinement pour une collaboration totale.

L’humilité, c’est donc de se mettre à sa place, de prendre toute sa place, de se reconnaître aussi intelligent, aussi vertueux, aussi habile qu’on croit l’être ; de se rendre compte en quoi on se croit supérieur, mais en sachant que l’on dépend complètement de Dieu et que tout a été reçu en vue du bien commun. C’est le grand principe : ” Toute supériorité est en vue du bien commun ” (St Thomas).

Ce n’est pas moi qui compte, c’est l’œuvre. Ne pas me rapetisser. Marcher au pas de Dieu. Ne pas aller plus vite que Dieu. Fondre mon vouloir d’homme dans le vouloir de Dieu. Me perdre en Lui. Tout ce que j’ajoute qui n’est que mien est de trop ou, plutôt, n’est rien. Ne pas attendre de la gratitude, mais me réjouir et remercier ceux qui s’approchent. Ne pas me replier sur moi à cause des échecs ; regarder ce qui reste à faire, et savoir que demain je recevrai un nouveau coup, et tout cela avec joie.

Saint Alberto Hurtado sj, Réflexion personnelle, novembre 1947

 

 

Quelques pistes pour intérioriser cet écrit spirituel :

D’abord…

  • Je commence par déterminer le moment, le lieu et la durée de ma prière.
  • Je m’ouvre au Seigneur, je me mets en sa présence en lui demandant d’être tout entier(e) disponible pour Lui pendant ce temps.
  • Je demande la grâce de découvrir avec saint Alberto Hurtado comment vivre une véritable humilité dans mes lieux d’engagement.

 

Puis… à un moment où je suis disponible intérieurement, où j’ai du temps,

  • Je lis ce texte une ou deux fois. Je m’arrête sur une expression ou un mot qui me parle particulièrement, je peux le répéter à plusieurs reprises.
  • Peut-être que je suis questionné(e), interpellé(e), ou bien émerveillé(e), stimulé(e) par la manière de vivre l’engagement du père Alberto. Et pour moi, qu’est-ce que signifie “s’engager”?
  • Pour saint Alberto, l’humilité n’est pas un sentiment par lequel je me diminue… c’est plutôt l’inverse. C’est dans l’humilité que je reconnais “l’être étonnant que je suis” (psaume 138) et que je peux pleinement collaborer à l’oeuvre de Dieu, parce que tout ce que je suis vient de Lui. Et moi, quelle est ma place devant Dieu et devant les hommes? Je laisse le Seigneur me la montrer…

Je prends le temps de noter une parole, un désir, une demande.

 

Pour terminer…

  • Je parle à Dieu comme un ami parle à un ami. Je peux lui demander sa grâce pour vivre ce qu’il m’appelle à vivre avec Lui aujourd’hui.
  • Je redis le Notre Père, en communion avec toute l’Église.

 

logo_pdf

Pour télécharger cet écrit et les pistes en version PDF

Vous pouvez envoyer votre prière et commentaires concernant ce texte sur la page de la prière continue.

Un commentaire à

  • Oui, merveilleux !
    Je ne le connaissais pas ce Saint.

    S’engager c’est être fidèle et persévérant, enthousiaste et bienveillant, impartial et non intéressé personnellement (s’oublier), être au Service du prochain qui même s’il l’ignore porte une étincelle divine en son coeur car il est là du “cœur” (image) de son créateur (comme nous sommes à son image).

    “Marcher au pas de Dieu. Ne pas aller plus vite que Dieu. Fondre mon vouloir d’homme dans le vouloir de Dieu. Me perdre en Lui.” Oui, cela me parle en tant que yogini : c’est ce que nous appelons l’union (yoga), extérieure, intérieure, sécrète et supra secrète (selon le degrés d’oraison) et “Nos actions valent suivant le poids d’amour que nous y mettons.
    L’humilité consiste à nous mettre à notre place.” oui ce la me parle aussi ainsi : L’écoute juste permettra la méditation juste, qui permetta la contemplation juste, qui permettra la compréhension , qui permetra la Vue juste, qui permetra la pensée juste, qui permettra la parole juste, qui permettra l’action juste, qui permettra la façon d’être juste c’est-à-dire “à notre place” qui est la saine et sainte volonté divine.

    Ainsi, je rznds grace au Seigneur et à Notre Dame du Web pour cette retraite d’octobre, qui est l’occasion de s’asseoir dans le coeur de l’ainseité de la divine providence. Merci de me permettre de la commencer en retraite de pèlerinage du Rosaire. Alléluia !

    Louange au Seigneur, longue et heureuse précieuse Vie à notre Pape François et à toute l’église. Hommage en ce jour au bienheureux père Jacques.

    Amen.

Répondre