Creuser notre puits - Christian de Chergé

ChristiandeChergeChristian de Chergé (1937-1996) fut moine et prieur du monastère de Tibhirine, dans l’Atlas algérien. Assassiné avec 6 de ses frères en 1996, il a manifesté dans sa mort même combien sa vie était “donnée à Dieu et à l’Algérie”. Sa spiritualité était nourrie de la rencontre avec ses voisins et amis musulmans.

Pour mieux le connaître, suivez ce lien.

 

Depuis qu’un jour, il m’a demandé, tout à fait à l’improviste, de lui apprendre à prier, Mohammed (un habitant du village) a pris l’habitude de venir s’entretenir régulièrement avec moi. C’est un voisin. Nous avons ainsi une longue histoire de partage.
Souvent il m’ a fallu faire court avec lui, ou passer des week-ends sans le rencontrer quand les hôtes se faisaient trop nombreux et absorbants.
Un jour, il trouva la formule pour me rappeler à l’ordre et solliciter un rendez-vous :
« Il y a longtemps que nous n’avons pas creusé notre puits ! » L’image est restée. Nous l’employons quand nous éprouvons le besoin d’échanger en profondeur.
Une fois, par mode de plaisanterie, je lui posai la question : « Et au fond de notre puits, qu’est-ce que nous allons trouver ? de l’eau musulmane ou de l’eau chrétienne ? » Il m’a regardé mi-rieur, mi-chagriné : « Tout de même, il y a si longtemps que nous marchons ensemble et tu me poses encore cette question ! … Tu sais, au fond de ce puits-là, ce qu’on trouve, c’est l’eau de Dieu. »

Christian de Chergé

 

Quelques pistes pour intérioriser cet écrit spirituel :

D’abord…

  • Je commence par déterminer le moment, le lieu et la durée de ma prière.
  • Je me dispose sous le regard de Dieu, un regard qui m’aime.
  • Je demande la grâce de me laisser conduire à mon puits intérieur.

Dans cet écrit, quels sont les mots qui me touchent, me rejoignent ?
Pour moi, y a-t-il des personnes avec lesquelles j’aime creuser un puits commun ? Je laisse remonter un souvenir, un désir, une action de grâce, une prière…

 Pour terminer…

  • Je parle à Dieu comme un ami parle à un ami.
  • Je redis le Notre Père, en communion avec toute l’Église.

 

 

logo_pdf

Pour télécharger cet écrit spirituel, cliquez ici.

 

Un commentaire à

  • Dans son testament, paru post mortem en 1994, le Père Christian, assassiné à Tibhirine, écrivait. “Je sais les caricatures de l’Islam qu’encourage un certain islamisme.
Il est trop facile de se donner bonne conscience 
en identifiant cette voie religieuse avec les intégrismes de ses extrémistes. L’Algérie et l’Islam, c’est un corps et une âme.
Je l’ai assez proclamé, je crois, au vu et au su de ce que j’en ai reçu, y retrouvant ce droit fil conducteur de l’Évangile
 appris aux genoux de ma mère…”. Seigneur, aide-moi, aide nous à demeurer des espérants de l’altérité de l’autre, quelle que soit sa source spirituelle. Car, le “vrai” spirituel ne peut croire qu’en un Dieu qui appelle à la fraternité de toute l’humanité dans sa diversité… Oui, Seigneur, convertis mon coeur, nos coeurs pour apprendre à aimer y compris celui qui voudrait être notre ennemi, pour m’aider, pour l’aider à sortir de l’emprise dans laquelle chacun peut être enfermé.
    Dieu, Celui à qui nous faisons référence, peut seul nous entraîner à l’amour de l’autre sans limite, au risque même de notre propre vie. Amen

Répondre à élie somot c-3d.fr Annuler