Feu et lumière - Saint Ephrem

Ephrem-le-Syrien

Saint Ephrem le Syrien (306-373) est un des grands théologiens des premiers siècles du christianisme. Diacre, il voulut le rester toute sa vie par amour du service et humilité. Surnommé “la harpe du Saint-Esprit”, ce docteur de l’Eglise fut à l’origine du chant liturgique, revenant à l’esprit originel des psaumes. Il nous entraîne dans une rencontre avec Dieu, embrasé par l’Esprit de feu.

Pour découvrir son histoire, vous pouvez suivre ce lien.

Feu et Lumière qui resplendit sur la face du Christ,
Feu dont la venue est parole,
Feu dont le silence est lumière,
Feu qui établis les cœurs dans l’action de grâce,
nous te magnifions.

Toi qui reposes en Christ,
Esprit de sagesse et d’intelligence,
Esprit de conseil et de force,
Esprit de science et de crainte,
nous te magnifions.

Toi qui scrutes les profondeurs,
Toi qui illumines les yeux de notre cœur,
Toi qui te joins à notre esprit,
Toi par qui nous réfléchissons la gloire du Seigneur,
nous te magnifions. Amen.

Saint Ephrem le Syrien

Quelques pistes pour intérioriser cet écrit spirituel :

D’abord…

  • Je commence par déterminer le moment, le lieu et la durée de ma prière.
  • J’ouvre mon cœur au Seigneur, à son regard plein d’amour pour moi. Je me dispose sous ce regard.
  • Je demande la grâce de laisser mon cœur s’embraser au feu de l’Esprit.

Puis… à un moment où je suis disponible intérieurement, où j’ai du temps,

  • Je lis ce texte, ligne par ligne, en me laissant arrêter par ce qui résonne intérieurement.

Je peux, si cela m’est donné, continuer cette litanie avec mes propres mots inspirés par l’Esprit de feu.

Je prends le temps de noter une parole, un désir, une demande.

 Pour terminer…

  • Je parle à Dieu comme un ami parle à un ami. Je peux lui demander une grâce pour vivre ce qu’il m’appelle à vivre aujourd’hui.
  • Je redis le Notre Père, en communion avec toute l’Église.

logo_pdf

Pour télécharger cet écrit et les pistes en version PDF

 

Vous pouvez envoyer votre prière et commentaires concernant ce texte sur la page de la prière continue.

Répondre