Une lumière qui vient du noir


Pierre Soulages
(plus d’informations) est un peintre et graveur français, né en 1919, qui est particulièrement connu pour son travail sur la couleur noire en tant qu’elle peut réfléchir de la lumière. Un “au-delà” du noir peut être atteint, d’où le terme “outre-noir” qu’il utilise pour la définir.

Je regarde une première puis une deuxième fois :

Dans quels sentiments me met cette vidéo ?
Joie,  étonnement, indifférence, enthousiasme… ?
Je prends le temps de recevoir ces émotions et de les nommer.

Quelques pistes de méditation :

1. Un paradoxe

Le témoignage de Pierre Soulages dans cette vidéo commence par un paradoxe : l’homme est allé dans les endroits les plus noirs de la terre pour peindre avec du noir. Ce premier paradoxe continue : dans son expérience de peintre, Pierre Soulages a découvert qu’une lumière “secrète”, “pas évidente” peut venir de cette couleur dont on dit qu’elle est par excellence l’absence de lumière.

Je laisse ce paradoxe évoquer l’histoire de nos origines, ma propre histoire, ma relation au Seigneur… Quelles sont les images qui me viennent ? 

Je demande au Seigneur de m’apprendre à discerner dans ma vie la lumière “secrète” qui se reflète au creux même des ombres et des obscurités.

2. Le travail sur la matière

Le travail de Pierre Soulages ressemble à celui d’un quêteur inlassable. Rien ne semble pouvoir l’arrêter. Même s’il croit un moment que son œuvre est mauvaise, il continue de travailler. Cette persévérance débouche sur une découverte qui le touche et qu’il ne cesse d’approfondir. Ce qui le met en mouvement, c’est non pas le noir, mais la recherche de la lumière.

Le trésor qui est le nôtre, vers lequel nous marchons, c’est le Christ, Lumière du monde. Mais alors que nous pourrions être tenté-es de le chercher uniquement dans les faces lumineuses de nos vies et du monde, l’invitation nous est faite de nous exercer aussi à discerner son reflet au creux des stries et des fissures de nos surfaces obscures.

Qu’est-ce que cela évoque en moi ?

3. Le peintre, l’œuvre et moi

Pierre Soulages indique que dans l’œuvre d’art, il y a un “triple rapport” : l’œuvre elle-même, l’artiste qui l’a faite, et la personne qui la regarde. La personne qui regarde l’œuvre n’y est pas étrangère. Elle en fait partie.

Comment cette présence d’un “troisième” au cœur de la relation vient-elle me rejoindre, m’étonner, me questionner ?

Je me tiens sous le regard du Seigneur et lui parle de ce qui m’habite, comme un ami parle à un ami, comme un serviteur à son maître.

 

A la fin de ce temps de prière,
je note une ou deux choses qui me sont venues.
Je peux les partager sur l’espace de la prière continue.

10 commentaires

  • Flo

    Seigneur aide-moi à voir ta part de lumière chez tous mes frères et soeurs spécialement chez ceux qui semblent le plus remplis d’obscurité

  • Je suis très étonnée, car moi j’ai peur du noir.Je trouve cela macabre, ça ressemble à la mort. Peut-être à cause que ma mère est morte lorsque j’avais l’âge de 6 ans et tout était noir à ce moment là pour moi.
    Aujourd’hui, c’est mon mari qui vit dans le noir étant aveugle et c’est très difficile.
    Cependant aujourd’hui avec étonnement, je reçois un cadeau d’espoir avec ce peintre qui fait que j’ai moins peur du noir. Je l’apprivoise et suis très contente. Merci à vous et au Seigneur.

  • Bodelot Christine

    C’est dans la nuit que l’on voit les étoiles. C’est dans le silence que l’on entend les bruits.

  • jean

    Outre-noir = clin d’oeil de Dieu espérance pour tous il est là dans nos vies .

  • clara

    oui au cœur de l’obscurité scintille toujours même une minuscule étoile…qui nous ouvre à la lumière et nous rejoint au plus profond de nos cœurs dans cette vie donnée, dans cette vie reçue, dans l’attente, dans l’accueil…c’est vraiment mon expérience de toute ma vie et je crois qu’elle va se poursuivre ! Dieu nous donne Sa Lumière et nos yeux doivent s’exercer parfois à voir dans le noir, toujours à discerner ces instants même fugitifs des lumières de nos vies et de la vie autour de nous
    Merci Seigneur pour la vie

  • michèle

    Au cœur de mes fragilités, de ma nuit, là où je ne peux rien maitriser, dans l’obscurité, un germe de vie, une lumière existe. “Le troisième jour il est descendu aux enfers”, il vient me rejoindre là où je ne pensais pas. C’est lui qui me porte et me soutient sans que je m’en rende compte: “il était là et je ne le savais pas” c’est après coup que je le reconnais. Malgré mes difficultés à savoir vivre dans l’Espérance, je reste persuadée que Dieu construit sur mes ruines.

  • Louise Brissette

    Ça m’interpelle cette lumière outre-noir, ça approfondit et ça confirme la lueur toujours présente dans le presqu’inaccessible, pour moi c’est l’Espérance qui jaillit et que je veux présente tout au long des jours car c’est le gage de la joie d’aimer toujours plus,
    merci bien simplement,

  • CHELLALI

    Il y a un noir malsain laissant apparaître du blanc ou du gris sale il inonde le début de ma vie un noir humide suintant étouffant ce noir rien jamais n’a pu m’en débarrasser ni la religion ni les idées ni le travail ni l’argent ni l’amour,un jour j’ai entendu cet homme dans l’évangile qui dit:”j’ai soif”cet instant de la vie de cet homme m’a bouleversé ces deux mots ils ne m’ont pas sorti du noir même ils m’y ont fait rerentrer comme s’ils le visitaient y apportant une imperceptible lumière chaude et saine,fragile,j’ai sans cesse peur de la laisser s’éteindre de la voir disparaître mais elle est là obstinément….

  • Merci Michel pour ton message qui me parle, et me fait réflèchir sur le courage ou le lâcher-prise ou la confiance en Dieu…..pour discerner mes parts d’ombre et me laisser attirée vers la lumière de la nativité.

  • Michel Honein

    La quête de la Lumière dans mon cheminement spirituel prend son meilleur départ quand, dans l’humilité totale, je réalise que je ne sais rien, et que, en même temps, il ya un désir sincère en moi, un désir ardent qui demande à savoir, à connaître. C’est alors qu’une Lumière commence à prendre forme et se met à me guider doucemnent.

    Et c’est un cycle qui se répète dans ma vie mais en prenant un nouveau départ à partir d’un niveau heureusement plus élevé, seulement quand je réussis mon cheminement précédent. Sinon je retourne à une case départ plus basse.

    Cependant, cette Lumière que je découvre à chaque fois est si réconfortante et si douce que ma quête est toujours une nouvelle aventure que je recherche parse qu’elle me transforme et me fait grandir.

Répondre à Louise Brissette Annuler