Je n'ai plus peur - Patriarche Athénagoras

atenagoraAthénagoras (1886-1972) fut Patriarche de l’Église de Constantinople de 1948 à 1972. Grand homme de foi et de prière, il priait la nuit pour l’Unité des Chrétiens. Il rencontra le Pape Paul VI plusieurs fois entre 1964 et 1968. Cette prière nous livre le secret de son bonheur et de son rayonnement, puisé dans la rencontre intime avec le Seigneur.

 

    

Il faut mener la guerre la plus dure contre soi-même.
Il faut arriver à se désarmer.
J’ai mené cette guerre pendant des années, elle a été terrible.
Mais maintenant, je suis désarmé.Je n’ai plus peur de rien, car l’amour chasse la peur.
Je suis désarmé de la volonté d’avoir raison, de me justifier
en disqualifiant les autres.
Je ne suis plus sur mes gardes, jalousement crispé sur mes richesses.
J’accueille et je partage.
Je ne tiens pas particulièrement à mes idées, à mes projets.
Si l’on m’en présente de meilleurs, ou plutôt non pas meilleurs,
mais bons, j’accepte sans regrets.
J’ai renoncé au comparatif.
Ce qui est bon, vrai, réel, est toujours pour moi le meilleur.

C’est pourquoi je n’ai plus peur.
Quand on n’a plus rien, on n’a plus peur.

Si l’on se désarme, si l’on se dépossède, si l’on s’ouvre
au Dieu-Homme, qui fait toutes choses nouvelles, alors,
Lui, efface le mauvais passé et nous rend un temps neuf où tout est possible.

 

Patriarche Athénagoras

Quelques pistes pour intérioriser cet écrit spirituel :

D’abord…

  • Je commence par déterminer le moment, le lieu et la durée de ma prière.
  • Je me dispose sous le regard de Dieu, un regard qui m’aime.
  • Je demande la grâce de laisser ces mots me toucher intérieurement.

Puis… à un moment où je suis disponible intérieurement, où j’ai du temps,

  • Je lis cet écrit lentement, paragraphe par paragraphe, en laissant les mots résonner et faire écho en moi, et en laissant monter de mon cœur une interrogation, une certitude, une exclamation…

Je prends le temps de noter une parole, un désir, une demande.

 Pour terminer…

  • Je parle à Dieu comme un ami parle à un ami. Je peux lui demander une grâce pour vivre ce qu’il m’appelle à vivre aujourd’hui.
  • Je redis le Notre Père, en communion avec toute l’Église.

logo_pdf

Pour télécharger cet écrit et les pistes en version PDF

 

Vous pouvez envoyer votre prière et commentaires concernant ce texte sur la page de la prière continue.

6 commentaires

  • Jean

    Pas toujours bon de se comparer aux autres avec toutes les frustrations que cela implique , mieux vaut ne pas avoir peur des autres ni de soi-même en faisant le vide tout en gardant la foi

  • Thérèse Gravel

    MERRCI DE CETTE PRIÈRE QUE JE VIENS DE DÉCOUVRIR. Je veux la réciter ou une semblable tous les jours du Carême. Merci et que l’on connaisse cette prière de plus en plus dans notre société. C’est-à-dire, que nous donnions toute la place à Dieu dans nos vies…

  • chantal grisaud

    j’ai toujours eu le sentiment de n’être pas armée pour la vie. Je crois qu’il y a arme et arme : pour défendre l’égo (je suis le meilleur, je suis innocent, je mérite), et puis les appuis spirituels qui me délivrent de ce besoin de valorisation(je sais que je ne suis qu’un serviteur quelconque dans l’oeuvre de Dieu, mais que le service est le sens de ma vie et de chaque être humain, donc que mon rôle est de soutenir toute oeuvre orientée vers le bien commun). “Rien de ce qui est bâti sans Dieu ne peut durer”.

  • nicolle

    Parfaitement d’actualité !!! Le véritable amour, à ne pas confondre avec l’égoïste éros , chasse la peur. Amen et mille fois merci pour ce partage

  • Sabrina

    C est trés beau et remet les angoisses à leurs place.Merci

  • Meckler Marguerite

    De tout coeur, je vous remercie pour cette très belle prière.
    Elle me permets de la reprendre, la prier, la méditer.
    Je crois qu’il ni a que Dieu qui peut me donner de me laisser désarmer à ce point.
    Prions ensemble afin que nos coeurs se laissent toucher.

Répondre à Thérèse Gravel Annuler