Il vous faut naître d'en haut (Jn 3)

IMG_2130L’Évangile de Jean est construit différemment des autres : il est rythmé par de longs discours de Jésus. Souvent, les dialogues se transforment en monologues. Ici, nous sommes à Jérusalem, au cœur du peuple d’Israël, héritier de l’Alliance avec le Seigneur. Jésus vient d’y célébrer la Pâque, non sans avoir créé un certain remue-ménage dans le Temple !

Cette rencontre avec Nicodème donne la première occasion d’un de ces discours de Jésus, dont le thème sera le salut. Nicodème est un personnage au statut élevé. Il est respecté. Il souhaite en savoir plus sur ce Jésus, qui l’intrigue. La rencontre a lieu de nuit, à l’abri du regard des autres : il y a une forme d’intimité, condition pour une certaine franchise.

Évangile selon saint Jean, chapitre 3, versets 1 à 16

Il y avait parmi les Pharisiens un homme du nom de Nicodème, un notable des Juifs. Il vint de nuit trouver Jésus et lui dit : « Rabbi, nous le savons, tu viens de la part de Dieu comme un Maître : personne ne peut faire les signes que tu fais, si Dieu n’est pas avec lui. »

Jésus lui répondit : « En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître d’en haut, nul ne peut voir le Royaume de Dieu. »

Nicodème lui dit : « Comment un homme peut-il naître, étant vieux ? Peut-il une seconde fois entrer dans le sein de sa mère et naître ? »

Jésus répondit : « En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître d’eau et d’Esprit, nul ne peut entrer dans le Royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, ce qui est né de l’Esprit est esprit. Ne t’étonne pas, si je t’ai dit : Il vous faut naître d’en haut. Le vent souffle où il veut et tu entends sa voix, mais tu ne sais pas d’où il vient ni où il va. Ainsi en est-il de quiconque est né de l’Esprit. »

Nicodème lui répondit : « Comment cela peut-il se faire ? »

Jésus lui répondit : « Tu es Maître en Israël, et ces choses-là, tu ne les saisis pas ? En vérité, en vérité, je te le dis, nous parlons de ce que nous savons et nous attestons ce que nous avons vu ; mais vous n’accueillez pas notre témoignage. Si vous ne croyez pas quand je vous dis les choses de la terre, comment croirez-vous quand je vous dirai les choses du ciel ? Nul n’est monté au ciel, hormis celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme. Comme Moïse éleva le serpent dans le désert, ainsi faut-il que soit élevé le Fils de l’homme, afin que quiconque croit ait par lui la vie éternelle. Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais ait la vie éternelle. Car Dieu n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.»

Quelques pistes de méditation à partir de cet évangile.

Nicodème est un pharisien, un notable des juifs. Il s’est laissé questionner par les signes qu’opère Jésus : « Rabbi, nous le savons, tu viens de la part de Dieu comme un Maître : personne ne peut faire les signes que tu fais, si Dieu n’est pas avec lui. » Il désire en savoir plus ; il vient trouver Jésus de nuit, à un moment où il ne sera pas dérangé.

M’arrive-t-il aussi, comme Nicodème, de me laisser interroger par Jésus, ses discours, ses signes ?

Je fais mémoire des moments que j’ai déjà pris pour venir trouver Jésus seul à seul.
Au début de ce temps de prière, je lui présente mon désir de mieux le connaître.

 

 

Pour imprimer la méditation

logo_pdf

cliquez ici

2 commentaires

Répondre à Lise Annuler