Jésus et la nature - Pape François

IMG_2394 (2)
Dans Laudato Si, le Pape François nous invite à poser un regard plein d’émerveillement en même temps que de lucidité sur la Création.

Dans l’extrait ci-dessous, il nous invite à contempler le Christ dans sa relation à la nature, et à en tirer profit pour notre propre vie.

 

 

Jésus reprend la foi biblique au Dieu créateur et met en relief un fait fondamental : Dieu est Père (cf. Mt 11, 25). Dans les dialogues avec ses disciples, Jésus les invitait à reconnaître la relation paternelle que Dieu a avec toutes ses créatures, et leur rappelait, avec une émouvante tendresse, comment chacune d’elles est importante aux yeux de celui-ci: « Ne vend-on pas cinq passereaux pour deux as ? Et pas un d’entre eux n’est en oubli devant Dieu » (Lc 12, 6). « Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent ni ne recueillent en des greniers, et votre Père céleste les nourrit» (Mt 6, 26).

Le Seigneur pouvait inviter les autres à être attentifs à la beauté qu’il y a dans le monde, parce qu’il était lui-même en contact permanent avec la nature et y prêtait une attention pleine d’affection et de stupéfaction. Quand il parcourait chaque coin de sa terre, il s’arrêtait pour contempler la beauté semée par son Père, et il invitait ses disciples à reconnaître dans les choses un message divin : « Levez les yeux et regardez les champs, ils sont blancs pour la moisson » (Jn 4, 35). « Le Royaume des Cieux est semblable à un grain de sénevé qu’un homme a pris et semé dans son champ. C’est bien la plus petite de toutes les graines, mais quand il a poussé, c’est la plus grande des plantes potagères, qui devient même un arbre » (Mt 13, 31-32).

Jésus vivait en pleine harmonie avec la création, et les autres s’en émerveillaient : « Quel est donc celui-ci pour que même la mer et les vents lui obéissent ? » (Mt 8, 27). Il n’apparaissait pas comme un ascète séparé du monde ou un ennemi des choses agréables de la vie. Il disait, se référant à lui-même : « Vient le Fils de l’homme, mangeant et buvant, et l’on dit : voilà un glouton et un ivrogne» (Mt 11, 19). Il était loin des philosophies qui dépréciaient le corps, la matière et les choses de ce monde. Cependant, ces dualismes malsains en sont arrivés à avoir une influence importante chez certains penseurs chrétiens au long de l’histoire, et ont défiguré l’Évangile. Jésus travaillait de ses mains, au contact direct quotidien avec la matière créée par Dieu pour lui donner forme avec son habileté d’artisan. Il est frappant que la plus grande partie de sa vie ait été consacrée à cette tâche, dans une existence simple qui ne suscitait aucune admiration. « N’est-il pas le charpentier, le fils de Marie ?» (Mc 6, 3). Il a sanctifié de cette manière le travail et lui a conféré une valeur particulière pour notre maturation. Saint Jean-Paul II enseignait qu’« en supportant la peine du travail en union avec le Christ crucifié pour nous, l’homme collabore en quelque manière avec le Fils de Dieu à la Rédemption ».

(encyclique Laudato Si, § 96-98, Pape François)

 

Quelques pistes pour intérioriser cet écrit spirituel :

D’abord…

  • Je commence par déterminer le moment, le lieu et la durée de ma prière.
    Je me dispose sous le regard de Dieu, un regard qui m’aime.
  • Je demande au Seigneur le don de reconnaître la beauté des dons reçus du Père.

Puis… à un moment où je suis disponible intérieurement, où j’ai du temps,

  • Je lis cet écrit lentement, en laissant les mots et les images résonner en moi.
  • Puis je me demande :

quelles images ou quels mots me touchent le plus ?
quelles paroles pour aujourd’hui ai-je envie de laisser résonner en moi ?

Je choisis quelques paroles que je répète, que je rumine, tant qu’elles me donnent du goût.

  • Quelle prière ai-je envie d’adresser au Christ ? Je lui parle avec mes mots…

Pour terminer…

  • Je redis le Notre Père, en communion avec toute l’Église.

 

logo_pdf

Pour télécharger cet écrit et les pistes en version PDF

Vous pouvez envoyer votre prière et commentaires concernant ce texte sur la page de la prière continue.

Un commentaire à

  • Dupont Daniele

    “Les oiseaux du ciel ne sement …et pourtant Dieu les nourrit”, Cette petite phrase m’interpelle en ce moment…
    Merci Seigneur pour ce moment auquel je m’abandonne , de laisser les soucis derrieres pour ecouter Dieu, tout au moins dans cette heure ou je me donne a Dieu.
    Laisser tout souci
    abandon de soi-meme….

Répondre à Dupont Daniele Annuler