On ira... Zaz


 Dans cette chanson, Zaz nous invite à redécouvrir la joie de nos différences et la beauté de nos rencontres…

 

 

Je regarde une première fois :

Dans quels sentiments me met cette vidéo ?
Joie,  indifférence, frustration, enthousiasme… ?
Je prends le temps de recevoir ces émotions et de les nommer.

 

Je lance la vidéo une deuxième fois, en choisissant de faire attention à un unique point :

soit les visages,
soit les couleurs,
soit les gestes,
soit les paroles…

Qu’est-ce qui me touche ? Comment aurais-je envie de prendre part au mouvement et au dynamisme de cette chanson ?

 

Voici un extrait des paroles :

On ira écouter Harlem au coin de Manhattan
On ira rougir le thé dans les souks à Amman
On ira nager dans le lit du fleuve Sénégal
Et on verra brûler Bombay sous un feu de Bengale…
 
Oh qu’elle est belle notre chance
Aux mille couleurs de l’être humain
Mélangé de nos différences
A la croisée des destins
 –
Vous êtes les étoiles, nous sommes l’univers
Vous êtes un grain de sable, nous sommes le désert
Vous êtes mille pages et moi je suis la plume
Oohohohohohohoh…
 –
On dira que les rencontres font les plus beaux voyages
On verra qu’on ne mérite que ce qui se partage
On entendra chanter des musiques d’ailleurs
Et l’on saura donner, ce qu’on a de meilleur…

Quelques pistes de méditation

 

1. Une invitation au voyage

Cette chanson nous invite au voyage… Elle nous présente comme un album photo du monde, avec des lieux et des places qui nous font rêver et où nous sommes invités à nous promener.

Comment cette invitation au voyage résonne-t-elle en moi ? Est-ce un vécu, un rêve ? Un désir heureux, une frustration ?
Je laisse ces sentiments m’habiter et demande au Seigneur la grâce de reconnaître la beauté des lieux que je fréquente quotidiennement…

2. Une invitation à la relation

A travers le rythme des mots, et les images, le regard passe d’une réalité à une autre : le grain de sable renvoie au désert, l’étoile à l’univers, l’horizon à la mer…
En même temps, le lien se fait entre les personnes : le “on” général s’affine en nous, qui entre en dialogue avec le “vous”, et le “je”.

Comment est-ce que je prends ma place dans la beauté du monde ?

Je fais mémoire du tissu de relations dans ma vie qui a sa place sur l’espace de la terre et de l’univers.

 

3. Une invitation à la reconnaissance

L’auteur de cette chanson s’exclame : “quelle est belle notre chance !”
 Qu’est-ce qui me donne, dans ma vie aujourd’hui, d’entrer dans cette exclamation et cet émerveillement ?

J’en rends grâce au Seigneur, et lui confie ce qui habite mon cœur.

 

A la fin de ce temps de prière,
je note une ou deux choses qui me sont venues.
Je peux les partager sur l’espace de la prière continue.

4 commentaires

  • joyce

    la joie et cette chance d’etre vivante merci mon dieu

  • Françoise

    Merci,Seigneur,pour la joie ,la plénitude ressenties à l’écoute de cette chanson.Elle est si ,vivante,c’est chacun de nous relié à tous,dans l’univers.

  • Marie-Claude

    En entendant ce merveilleux texte je ressens un sentiment d’immensité, de grandeur, de merveilleux, nous te louons Seigneur pour toute la création que tu nous as donnée, toutes ces rencontres, ces différences qui illuminent nos vies. Seigneur bénis cette petite Zaz qui respire la joie de vivre.

  • Erica

    On ira…. ZAZ.
    À écouter pour laisser entrer en nous les sons et les mots, le rythme et la vie, les couleurs et la danse, le souffle de la joie enfin!

Répondre