Fais jaillir la lumière !


Le light painting  est une technique photographique qui capture les traces laissées par une source de lumière que l’on déplace dans l’obscurité.

La vidéo ci-dessous a été réalisée par une équipe d’artistes allemands,
à partir de photos faites de nuit à Cologne…

 

 

Je regarde une première puis une deuxième fois :

Dans quels sentiments me met cette vidéo ?
Joie,  indifférence, frustration, enthousiasme… ?
Je prends le temps de recevoir ces émotions et de les nommer.

 

Quelques pistes de méditation :

1. Laisser faire la magie

Un pont, du goudron, des immeubles et des rues désertes… Voilà le cadre que la nuit enveloppe et où l’imaginaire se déploie, en une multitude de formes et de couleurs surgies de nulle part.

Dans quel état me met ce surgissement de couleurs et de vie au milieu de la ville et de la nuit? Est-ce que je l’accueille comme un enfant qui s’émerveille, ou comme un adulte qui voudrait comprendre “comment cela se fait” ?

Je prends quelques instants pour laisser revenir à ma mémoire un instant de ma vie qui m’a paru “magique” : un moment où le réel, en apparence banal, a  été le lieu d’un spectacle inattendu, d’un événement inoubliable. J’en rends grâce au Seigneur.

 

2. Des traces laissées

La technique photographique utilisée pour créer cette vidéo a pour effet non seulement de garder la trace de la lumière déplacée, mais aussi d’effacer la trace de tout corps mobile (personne, véhicule…) qui n’émet pas de lumière.  C’est ainsi que les artistes sont à peine visibles sur la vidéo : ils disparaissent mais ce qu’ils ont créé est mis en lumière et demeure.

Quel est mon rapport aux choses que je fais ou que je crée ? Ai-je toujours (ou parfois) le désir de me mettre en valeur ? Ou bien je consens à m’effacer pour laisser la place à ce que j’ai fait ou créé pour l’autre ?

Je demande au Christ de m’éclairer sur mes attitudes, et de me communiquer quelque chose de son Amour qui s’efface et se donne gratuitement, sans jamais se vanter.

 

3. Une lumière dans nos nuits

Cette vidéo a été réalisée dans la nuit et en hiver. Je repasse la vidéo une troisième fois en portant mon attention sur les traces de l’activité humaine au cœur de la nuit : fenêtres qui s’éteignent et s’éclairent, traits lumineux des phares sur la route… tout ce qui m’indique que la nuit est aussi l’espace de la veille.

La nuit est-elle pour moi un espace de repos paisible ou bien un espace où une part de moi veille et s’active ? 

Dans les nuits que mon quotidien traverse, quelle est cette part de moi-même que je souhaite laisser veiller pour me tenir en tout temps devant le Seigneur et lui remettre ma vie ?

De tout ce qui m’habite, je parle à mon Seigneur, comme un ami parle à son ami.

 

A la fin de ce temps de prière,
je note une ou deux choses qui me sont venues.

4 commentaires

  • il y a dans la nuit je pense, un travail de la présence divine qui peut s’exercer de manière plus sereine et plus forte , cet espace de déconnexion du quotidien favorise ouverture et disposition de l’ame à recevoir des sources de lumières qui vont s’évanouir au matin quand la vie reprendra son cours avec ses exigences,

  • Fayolle Georgette

    l’éphémère! Voilà qui devrait être la norme.Plus que les tags, je me sens disponible et apaisée devant ce spectacle je ne cherche pas à savoir comment il vient à nous. Je savoure seulement la magie de ces images fugitives!

  • EH

    La nuit permet de retrouver l’enfant qui veille en nous, et de reprendre avec lui notre croissance interrompue,

  • marie céline

    la nuit une occasion qui nous st offerte quotidiennement pour ne pas dormir complètement, mais garder éveillé en nous cet espace de notre cœur ou vient habiter l’hôte le plus doux et le plus aimable qu’est le Seigneur.

Répondre