Faire avec calme ce qu’on peut - Saint Ignace de Loyola

Ignace constitSaint Ignace de Loyola nous a non seulement laissé le trésor des Exercices Spirituels, mais aussi de très nombreuses lettres, faisant de lui l’un des écrivains les plus prolixes de son temps.

En voici une datant de 1555, qui nous est par son style et son contenu étonnamment contemporaine. Elle aborde un point qui est l’un des soucis majeurs de la personne moderne : la gestion de ce qu’on a à faire… Comment réagir face aux multiples devoirs que m’imposent mon travail, mes engagements, ma famille, ma communauté, le monde…

Mettons-nous une nouvelle fois à l’école de Saint Ignace de Loyola !

 

Il me semble que vous devriez vous résoudre à faire avec calme ce que vous pouvez. Ne soyez pas inquiets de tout, mais abandonnez à la divine Providence ce que vous ne pouvez accomplir par vous-même. Sont agréables à Dieu notre soin et notre sollicitude raisonnables pour mener à bien les affaires dont nous devons nous occuper par devoir. L’anxiété et l’inquiétude de l’esprit ne plaisent point à Dieu. Le Seigneur veut que nos limites et nos faiblesses prennent appui en sa force et en sa toute-puissance ; il veut nous voir croire que sa bonté peut suppléer à l’imperfection de nos moyens. Ceux qui se chargent d’affaires nombreuses, même avec une intention droite, doivent se résoudre à faire simplement ce qui est en leur pouvoir, sans s’affliger s’ils ne parviennent pas à tout réaliser comme ils le voudraient. A condition toutefois qu’ils aient accompli tout ce que la nature humaine peut et doit faire selon les indications de la conscience. Si on doit laisser de côté certaines choses, il faut s’armer de patience, et ne pas penser que Dieu attend de nous ce que nous ne pouvons pas faire : Il ne veut pas davantage que l’homme s’afflige de ses limites. Pourvu que l’on donne satisfaction à Dieu,- ce qui est plus important que de donner satisfaction aux hommes – il n’est pas nécessaire de se fatiguer outre mesure. Bien plus, lorsqu’on s’est efforcé d’agir de son mieux, on peut abandonner tout le reste à celui qui a le pouvoir d’accomplir tout ce qu’il veut. 

Plaise à la divine Bonté de nous communiquer toujours la lumière de la Sagesse, pour que nous puissions voir clairement et accomplir fermement son bon plaisir, en nous et dans les autres… pour que nous acceptions de sa main ce qu’il nous envoie, en faisant cas de ce qui a le plus d’importance : la patience, l’humilité, l’obéissance et la charité… Que Jésus Christ soit seulement en nos âmes avec ses dons spirituels ! Amen.

Saint Ignace de Loyola (1491-1556) – Lettre du 17/11/1555

 

 

Quelques pistes pour intérioriser cet écrit spirituel :

D’abord…

  • Je commence par déterminer le moment, le lieu et la durée de ma prière.
    Je me dispose sous le regard de Dieu, un regard qui m’aime.
  • Je demande la grâce de me laisser toucher par la Source d’Eau Vive qui m’habite et me désaltère.

Puis…

  • A un moment où je suis disponible intérieurement, où j’ai du temps, lire et relire, à haute voix et lentement, cette prière.
  • Noter les mots qui se répètent, les images qui se succèdent et celles qui reviennent.
  • Écrire en couleurs différentes mes questions, mes désirs, mes ennuis, mes joies…

Enfin…

  • Revenir au texte et choisir un ou deux lignes à méditer.
    Par exemple :

    • « Ne soyez pas inquiets de tout, mais abandonnez à la divine Providence ce que vous ne pouvez accomplir par vous-même. »
    • « Si on doit laisser de côté certaines choses, il faut s’armer de patience, et ne pas penser que Dieu attend de nous ce que nous ne pouvons pas faire. »
    • « que nous puissions voir clairement et accomplir fermement son bon plaisir, en nous et dans les autres… »
  • S’interroger sur des termes utilisés comme : “Les indications de ma conscience”, ou bien “la patience, l’humilité, l’obéissance et la charité…”
  • Lire ces phrases et ces termes plusieurs fois, les goûter, les prier, les ressasser comme une simple intention de prière.

Pour terminer…

  • Parler à Dieu comme un ami parle à un ami.
  • Redire le Notre Père.

 

logo_pdf
Pour télécharger cet écrit et les pistes en version PDF

 

Vous pouvez envoyer votre prière et commentaires concernant ce texte sur la page de la prière continue.

11 commentaires

  • Vivi

    Merci, juste ce dont j avais besoin maintenant.

  • Pierre-Antoine

    Tant de questionnements, d’anxiété, de doutes… alors que c’est si simple: NE TE FAIS PAS DE MAL À TOI-MÊME, pensant “gagner ton Ciel”. Il ne t’est jamais demandé de faire-penser-être ce qui torture… mais la juste mesure; oui Dieu supplée pour le reste, en son temps, s’il a à suppléer…
    Merci Saint-Ignace , Jésus et Marie. Que je retienne la leçon cette fois, par ton Sang précieux.

  • Passagère

    Parler à Dieu …
    Voici bien la grande découverte pour qui durant des années a cru que “savoir par coeur”
    textes et prières c’était cela faire partie de la grande communauté chrétienne.
    On se croit pauvre et on est humble …
    Papa, pardon, d’avoir cru que tes mots simples murmurés doucement -tu n’étais pas sur- que tes mains caleuses se cachaient, alors que les mains blanches s’affichaient, orgueil des hommes mais fierté pour Dieu.
    St gnace n’a pas fini de nous surprenante.

  • C. COULOMBIER

    Seigneur, je sais que seule, je ne peux trouver la paix et le calme intérieurs . Seule, je ne suis pas capable de courage et d’espérance .
    Aide-moi à redécouvrir qu’il est bon de s’abandonner à ta volonté .
    Eclaire ma conscience pour que je fasse fructifier les talents que tu as mis en moi pour ton Royaume.

  • Isabelle

    S’ abandonner à la Providence Divine est une conversion et un travail à renouveler chaque jour que Dieu nous prête vie sur cette terre. Faisons fructifier les talents dont Il nous a fait la grâce. L’Esprit Saint, comme un souffle fragile, dirigera nos pétales de fleurs offertes vers les âmes qui ont le plus besoin. Merci mon Dieu de nous avoir donné Ton fils qui nous guide vers Ton Amour et Ta Vérité. Amen

  • Gaussot

    Merci, cette très belle prière rejoint bien les difficultés de notre époque, elle est apaisante, souligne les points importants que nous devrions méditer chaque jour…et l’abandon à la Providence

  • Jeanne d'Arc

    Merci pour ce texte que j’ai lu a un moment où j’en avais besoin, car mes appréhensions étaient en voie de me décourager. Je fais ce que je peux et Dieu s’occupe du reste car le peu que je fais c’est par sa grâce;

  • pierre gateau

    Merci poor cette priere deculpabilisante et pleine d humilite

  • Pierre-Yves

    A l’issue de cette prière ce qui m’apparaît comme au cœur de mon combat spirituel c’est tout simplement de laisser du terrain, de laisser un espace à l’action de Dieu.
    Et du même coup de laisser du terrain, de laisser un espace à l’action des personnes avec qui j’agis.
    Laisser de la place à l’Autre et aux autres.

  • guichard david

    je viens de decouvrir ces lignes, sur ce qu on a a faire et qu on ne peut pas faire.
    fatigue de la vieillesse, de la maladie, je suis toujours en retard, sauf quand, a l’entree de l’hiver, il y a un decalage horaire qui me donne une journée de 25 heures…

  • Gouyer

    Oui c’est dans le recueillement et dans le silence que l’on entend la voix du Seigneur Dieu.

Répondre à Gaussot Annuler