Entrer dans le trafic

Voici une vidéo étonnante issue du travail d’un artiste argentin contemporain, Fernando Livschitz. (Vous trouverez ici le site de l’artiste avec d’autres vidéos.)

Et nous, quel est notre rapport au rythme de notre quotidien, au cœur de nos villes et de nos villages ? Y voit-on un gracieux ballet où tout se combine à merveille ?

 

1. Je regarde une première puis une deuxième fois :

Dans quels sentiments me met cette vidéo ? Joie,  indifférence, frustration, enthousiasme… ?
Je prends le temps de recevoir ces émotions et de les nommer.

2. Une troisième fois, je la lance en choisissant de n’écouter que la musique :

J’essaie de faire mémoire des images, des mouvements, de la lumière, de la place, des différents véhicules et piétons apparaissant dans ce ballet improbable.

Quelques pistes de méditation :

1. Une place transfigurée

Pour filmer cette scène, l’artiste a choisi une place particulière. Le cadre est dégagé, il fait beau, c’est un scène de la vie ordinaire, un vélo, quelques voitures… et tout  à coup, pour quelques instants, un ballet fou se met en place.

J’ai sans doute déjà vécu une situation identique, où au cœur de mon quotidien le plus banal quelque chose d’extraordinaire s’est passé… Où mon regard sur la monde rejoignait d’une certaine manière le regard de Jésus, comme celui posé sur la vieille dame déposant une piécette dans le trésor du temple. Un détail qui éclipse tous les autres.

Je fais mémoire de cet instant et remercie le Seigneur pour ce moment.

2. Divers moyens de locomotion

Piétons, vélos, motos, voitures  : Ce ballet peut être considéré comme le ballet de nos modes de déplacements d’un lieu à un autre.

Et moi quelle est ma manière d’habiter la ville ? Dans ma voiture, derrière mes vitres ? A pied, en courant, en flânant ? A vélo ou à moto en doublant à temps et à contre-temps ? En transport en commun (bus, tramway, métro) ?

Je choisis de faire mémoire d’un trajet que je fais régulièrement (pour aller en cours, au travail, faire une course, aller en vacances…) et de voir comment je vis ce moment… Peut-être dois-je prendre plus de temps, partir un peu plus tôt, choisir un autre moyen de transport ?

3. Un fragile équilibre

Cette vidéo a de quoi donner le tournis ! A chaque instant, un piéton manque de se faire écraser, une moto d’entrer dans une voiture, deux voitures frotter leurs carrosseries…

Deux attitudes s’offrent à moi : soit j’entre dans une crainte en me disant que le monde est décidément plein de dangers ; soit j’admire la beauté de ce fragile équilibre qu’est la vie. Le monde tel qu’il est est possible du fait d’un certain respect entre nous, d’alternance de saisons, de nuits et de jours…

Tout cela est fragile, je ne peux le maîtriser, mais je demande à Dieu d’y entrer avec confiance, comme le Christ a habité lui-même ce monde. Avec un cœur  large et généreux.

A la fin de ce temps de prière,
je note une ou deux choses qui me sont venues dans la prière.

2 commentaires

  • SAWAYA

    Dieu est là !!!
    C’est très beau de voir et surtout de croire à la présence spéciale du Seigneur dans nos vies.
    MERCI

  • BOUDAOUD Elisabeth

    L’Eglise aujourd’hui m’offre de me souvenir à chaque instant de la présence de mon ange gardien à ma vie… Chacune des personnes qui m’entourent a reçu de Dieu une égale présence personnelle qu’elle le sache, vive avec ou non.
    Le temps de prière que vous venez de m’offrir nourrit en moi la même Vie !

Répondre à SAWAYA Annuler