Marthe et Marie (Lc 10, 38-42)

marthe-et-marieSur la route qui le mène à Jérusalem, Jésus est accueilli dans une maison.
Deux femmes, deux manières d’accueillir.

Finalement, qu’est-ce qu’être disciple ?

 

(Visualiser cette proposition en plein écran)

Passez la souris sur les 6 temps à gauche du récit :

7 commentaires

  • C. COULOMBIER

    Aujourd’hui, Seigneur, tu m’invites à nouveau à vivre cette proximité avec Toi, à te laisser poser ton regard sur moi. Mais, tu me redis aussi qu’il faut continuellement reprendre la route pour aller vers mes fréres et soeurs.
    Merci Seigneur; je sais que tu marches avec moi , même quand le chemin est ardu.

  • je ne suis pas payée pour le dire mais il y a eu dans les Haltes Spirituelles sur RCF un superbe commentaire de ce passage d’évg qui venait d’un n° de juillet 2012 ou 13 de la revue Christus:à lire et savourer

  • Rosemary Techoueyres

    A chaque lecture de ce texte je vois de nouvelles images.aujourd hui je vois que Marthe tout en s affairant avait les oreilles bien ouvertes à l écoute des paroles de Jésus,et Marie avait réussi un lacher prise consciente qu elle vivait un instant majeur de sa vie et que rien n avait d importance sauf les paroles dont elle se nourrissait.

  • monique

    C’est Marthe qui est à l’origine de cette invitation, et donc prépare tout.
    cela permet à Marie de prendre le temps d’écouter Jésus à ses pieds, en qui elle reconnait un Maître spirituel par son enseignement, et elle devient ainsi son disciple en étant entraînée vers la foi. le rôle de Marthe n’est pas inutile puisqu’à l’origine de cette invitation. Mais, n’étant pas aidée, au lieu de s’adresser à Marie, elle prend Jésus à témoin, qui souligne le meilleur rôle, Lui qui va vers son chemin tracé de la passion, un temps compté. Jésus, merci de mettre sur ma route, des disciples qui te sont attachés et me font comprendre ce qui doit être choisi, pour aller vers Toi.

  • Paulette Philippin

    Je m’émerveille de ce que le Seigneur nous apprend au cours d’une simple visite, d’un repas improvisé mais sûrement soigné,car Marthe y veille,chez deux soeurs qui le connaissent mais ne semblent pas les avoir attendus, Lui et ses disciples. Jésus allait ainsi avec les siens, de maison en maison, enseignant, mais toujours a partir de l’événement survenu, des personnes concernées …
    Ainsi ne faut-il accueillir la Parole en toute circonstance, prêt ou pas, l’esprit ouvert ou non, au milieu d’autres choses à faire, au milieu de gens peut-être peu coopératifs pour réaliser un accueil à notre goût ou qui en ont une autre idée … Combien de fois ai-je dit : “Moi, je ferais pas comme ça”. Et si cela bloquait la venue de la grâce, par le sens de l’aventure du moment, de sa nouveauté rayonnante, de la joie informelle des rencontres …?

  • Meckler Marguerite

    Pouvez-vous partager avec moi la retraite de “MARTHE et MARIE ?

Répondre à monique Annuler