Dieu a le temps (Cardinal Hans Urs von Balthasar)

 Marie est la porte par laquelle Dieu vent entrer dans le monde. « Elle se trouve enceinte », avant même d’avoir habité avec l’homme à qui elle avait été accordée en mariage. Elle est le vase du silence, ce n’est pas à elle de percer l’événement sans paroles qui s’est passé entre elle et le Saint Esprit. Joseph, dans la maison duquel elle n’habite pas encore, le remarque. Comment d’autres ne l’auraient-ils pas remarqué aussi ? Inévitablement on bavarde à son sujet ; mais elle ne veut et ne peut rien faire pour qu’on se taise. Les gens, note l’Evangile, seront unanimes à considérer l’enfant comme celui de Joseph. Mais il y a quelque chose d’étranger avec cet enfant. Dieu a le temps ; c’est des dizaines d’années plus tard que les Evangiles jetteront la lumière sur le mystère. Joseph tout d’abord n’est pas éclairé lui non plus, il est profondément troublé. Comment pourrait-il concevoir l’idée que dans sa fiancée c’est Dieu lui-même qui vient ? Au silence de Marie correspond le plan de la renvoyer en silence. Mais, en agissant ainsi, il la livrerait pourtant à l’infamie. C’est assez tard qu’il est éclairé et invité à prendre Marie chez lui. Dieu a le temps. Dieu a le temps.

 

Cardinal Hans Urs von Balthazar

   

Répondre