La paix du coeur

 

Dans la paix du cœur se dissipent les inquiétudes sur soi-même et tu vas jusqu’à découvrir à quel point tu te réalises dans une vie donnée… Tu t’interroges : mais où est la source à laquelle puiser un tel élan ?

Elle est dans la mystérieuse présence d’un amour.

Le plus important pour toi est de découvrir que Dieu t’aime. Là est la source. Et ton amour est présence et pardon.

Il t’aime, même si tu penses ne pas l’aimer. Et viendra un jour où tu lui diras : je t’aime, peut-être pas comme je voudrais, mais je t’aime.

….Par son Esprit Saint, le Ressuscité traverse, pour le transfigurer, même le plus déconcertant en toi. Les pessimismes que tu portes sur toi-même se dissolvent. Fais la chasse aux impressions sombres que peut secréter l’imagination. Et s’éclaire la paix du cœur.

Chante mon âme : je suis au Christ, je suis du Christ. Imperceptible changement au-dedans, la transfiguration de l’être se poursuit au long de l’existence. Elle donne de vivre dans le moment présent, elle fait de chaque jour un aujourd’hui de Dieu. Déjà sur la terre, elle est le commencement de la Résurrection, le début d’une vie qui n’a pas de fin.

Pensais-tu qu’en toi le sable d’un désert avait recouvert l’amour ? Des déserts intérieurs, il y en a. Mais est-il nécessaire de s’y arrêter ? Sur une terre aride fleurit l’amandier… Et s’il y avait moins de déserts qu’on le suppose.


Frère Roger

(Extrait de la Lettre de Russie – Taizé, 1989)

 

Pour télécharger une version texte de cet écrit (au format RTF), cliquez ici.

3 commentaires

Répondre